Objets associés au mot-clé : Arvert (17)
Articles associés
Acherontia atropos (Linnaeus, 1758)
Sphinx Tête de mort

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible en mai puis de août à septembre en deux générations. Dans la zone méditerranéenne atropos a deux générations de mai à juillet puis de août à novembre. La question de savoir si les exemplaires d’atropos qu’on rencontre en mai ont hiverné à l’état d’imago ou de chrysalide a été longuement contrversée (v. Feuille des jeunes Nat., an. 1903), sans recevoir de solution complète, parce que, pendant longtemps, on n’avait pu signaler aucune capture anthentique du papillon vivant faite en plein hiver. Cependant Goossens dit l’avoir "vu au bois de Boulogne dans une cabane et cela tout un hiver" (Ann. Levallois, année 1905, p. 27). Ce qui est très probable, c’est que les deux systèmes biologiques destinés à maintenir la continuité de l’espècepeuvent fonctionner, tour à tour ou simultanément selon les années, les latitudes et les localités, comme le fait est maintenant établi pour quelques unes de nos vanesses, dont on capture, au mois de mai, des sujets frais à côté de sujets fatigués par une hibernation évidente. Les captures d’atropos dans des ruches ont donné naissance à une croyance qui doit-être sans fondement : on l’accuse de se délecter du miel des abeilles ; or, à notre connaissance, jamais ce papillon n’a été pris aux miellées, alors que d’autres sphinx, elpenor notamment, ont été capturés par nous à plusieurs reprises sur les appâts sucrés. La chenille vit sur sur solanum, tuberosum, et dulcamara, fraxinus excelsior, datura stramonium, lycium, ligustrum vulgare, syringa vulgaris. Elle est visible en juillet. Dans son 7ème Mém. sur les insectes, écrit vers 1736, c’est à dire avant l’époque de la diffusion de la pomme de terre comme plante agricole, Réaumur dit que la chenille d’atropos se nourrit de jasmin. Répandu dans toute la région, mais ne se trouvant d’ordinaire que par unité. On rencontre ça et là des chenilles de couleur brune ou grise.

Deux-Sèvres : Niort, 07/05/1905, 25/08/1904, 06/09/1907 ; 02/10/2005. Trouvé la chenille sur pomme de terre, lyciet (chen. brune) et sur lilas (Gelin).

Charente-Maritime : Chenille trouvée sur fraxinus à Royan (Ch. Perez).


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Sphinx Tête de mort. Afrotropicale. Migratrice en Europe jusqu’en Scandinavie. Répandue dans toute la France. L’imago est visible en VI-VIII. Espèce migratrice. Extrait de Gelin et lucas 1912 : « La question de savoir si les exemplaires d’atropos qu’on rencontre en mai ont hiverné à l’état d’imago ou de chrysalide a été longuement contrversée (v. Feuille des jeunes Nat., an. 1903), sans recevoir de solution complète, parce que, pendant longtemps, on n’avait pu signaler aucune capture anthentique du papillon vivant faite en plein hiver. Cependant Goossens dit l’avoir "vu au bois de Boulogne dans une cabane et cela tout un hiver" (Ann. Levallois, année 1905, p. 27). Ce qui est très probable, c’est que les deux systèmes biologiques destinés à maintenir la continuité de l’espèce peuvent fonctionner, tour à tour ou simultanément selon les années, les latitudes et les localités, comme le fait est maintenant établi pour quelques unes de nos vanesses, dont on capture, au mois de mai, des sujets frais à côté de sujets fatigués par une hibernation évidente. Les captures d’atropos dans des ruches ont donné naissance à une croyance qui doit-être sans fondement : on l’accuse de se délecter du miel des abeilles ; or, à notre connaissance, jamais ce papillon n’a été pris aux miellées, alors que d’autres sphinx, elpenor notamment, ont été capturés par nous à plusieurs reprises sur les appâts sucrés. » La chenille vit sur sur Solanum tuberosum et Solanum dulcamara, Fraxinus excelsior, Datura stramonium, Lycium, Ligustrum vulgare, Syringa vulgaris, en VI-VIII X XII.

I. Niort 25/08/1904 (HG), 07/05/1905 (HG), 02/10/1905 (HG), 06/09/1907 (HG).

II. Argenton les Vallées 14/10/1954 (MG) - Azay le Brûlé 31/10/2004 (NT) - Champeaux 07/08/2010 (AG) - Coulon 14/07/2006 (chenille) (AG) – Magné 11/10/2003 (chenille) (AG) - Niort 15/09/1941 (MG), 25/08/1951 (MG), 02/10/1967 (MG), 09/10/1967 (NT), 23/08/1970 (MG), 02/09/1970 (MG), 15/10/1996 (AG), 16/06/1998 (AG), 25/09/1998 (AG) - Saint-Join de Marnes 15/08/2003 (chenille) (Meyer Daniel) - Saint-Maxire 15/09/1959 (MG) - Sainte-Blandine 15/09/1998 (NT) - Sauzé-Vaussais 15/10/1962 (MG) - Villiers en Bois 20/10/1980 (NT), 23/08/1970 (NT).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Acherontia atropos (Linnaeus, 1758)
Tyria jacobaeae (Linnaeus, 1758)
Ecaille du séneçon, Goutte de sang

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de mai à juin. Chenille sur senecio jacobaea et vulgaris. Elle est visible en juillet. Répandu et commun partout. A chercher l’aberration flavescens Th. Mieg, à ailes postérieures jaunes, et celle ou toutes les parties rouges des ailes antérieures confluent en une bande unique, coudée à l’angle apical.

Vienne : 2 exemplaires de l’aberration flavescens, à Sommières (d’Aldin).


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Ecaille du séneçon, la Goutte-de-sang, l’Ecaille carmin. Eurasiatique. Toute l’Europe sauf l’extrême nord. En France, partout. Fréquente les chemins forestiers, lieux incultes, landes et jardins. Espèce univoltine en VI-VII. Chenille surtout sur Senecio jacobaea. La chenille peut-être abondante en certains endroits (AG).

I. Répandu et commun partout (G&L 1912).

II. Beaussais 06/2004 (Wilding Neil) - Cersay 03/06/1985 (CL), 15/09/1997 (CL) - Coulon 15/05/1989 (CL) - Exoudun 14/06/2009 (Montenot Jean-Pierre) - Genneton 26/07/2009 (chenille) (Miteu Martine) - La Crèche 25/05/1973 (NT), 27/05/1973 (NT), 10/06/1973 (NT) - Magné 01/05/1969 (NT), 11/05/1969 (NT), 31/05/1969 (NT) - Niort 15/06/1940 (MG), 15/06/1946 (MG), 10/05/1952 (MG), 09/06/1954 (MG), 24/04/1960 (NT), 17/05/1960 (MG), 31/05/1971 (NT), 26/04/1975 (NT), 28/09/1976 (NT), 20/06/1980 (NT), 03/08/1980 (NT), 01/04/1981 (NT), 25/05/1981 (NT), 08/06/1982 (NT), 12/06/1982 (NT), 18/05/2009 (Rebeyrol Christian) - Paizay le Chapt 25/06/2009 (chenille) (Conort Nadège) - Rom 24/07/2010 (chenille) (Minot Jean-Louis) – Saint-Génard 27/09/2009 (Rousseau Astrid) - Saint-Jean de Thouars 12/06/1991 (AG) - Saint-Maxire 14/04/1961 (MG), 03/07/1969 (NT) - Saint-Pierre à Champ 03/06/1985 (CL) – Sainte-Radegonde 28/06/1994 (CL) - Villiers en Bois 31/05/1970 (NT), 11/07/1970 (NT) – Voultegon 09/06/2010 (Courtin Bernard).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Tyria jacobaeae (Linnaeus, 1758)
Opisthograptis luteolata (Linnaeus, 1758)
Citronnelle rouillée, Phalène de l’Alisier

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de avril à juin puis de juillet à septembre en deux générations. Dans les haies et les bois. Chenille sur prunus spinosa, corylus, crataegus, etc. Elle est visible en juin puis en octobre. Répandu et très commun dans toute la région.


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

La Citronnelle rouillée, la Phalène de l’alisier. Largement répandue en Europe. Partout en France. Fréquente les bois, les forêts de feuillus, les parcs, les jardins, les prairies. Espèce bivoltine en IV-VI puis en VIII-IX. Hiverne au stade de chenille ou de chrysalide. Chenille sur Crataegus, Prunus, Corylus, Sorbus, Rosa, Lonicera, Acer, Tilia, Salix, Cotoneaster, Pyracantha…

I. Répandu et très commun dans toute la région (G&L 1912).

II. Availles-Thouarsais 20/08/2002 (CL), 20/04/2007 (CL), 07/09/2007 (CL) - Beaussais 08/2007 (Wilding Neil) - Belleville 21/08/2010 (AG) - Boussais 27/06/2008 (CL) - Chizé 28/05/1976 (NT), 30/05/1981 (NT) - La Crèche 25/05/1973 (NT) - Magné 09/06/1970 (NT) - Mauzé-Thouarsais 21/04/2007 (CL), 14/07/2007 (CL) - Moutiers sous Argenton 27/04/2008 (CL) - Niort 16/08/1948 (NT), 21/04/1957 (NT), 18/06/1957 (NT), 31/08/1968 (NT), 15/06/1971 (NT), 21/05/1976 (NT), 11/05/1982 (NT), 01/08/1996 (AG), 04/06/2006 (AG), 29/05/2010 (AG) - Saint-Jean de Thouars 14/07/1992 (AG), 23/08/2009 (AG) - Saint-Maurice la Fougereuse 02/05/2000 (CL) - Secondigny 06/08/2006 (CL), 04/06/2008 (CL) - Villiers en Bois 26/04/1969 (NT), 02/06/1970 (NT), 05/06/1970 (NT), 28/05/1976 (NT), 15/05/1982 (NT), 30/08/2005 (AG), 09/06/2006 (AG), 21/04/2009 (AG), 31/05/2009 (AG), 14/06/2009 (AG), 22/06/2009 (AG), 11/09/2009 (AG), 21/05/2010 (AG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Opisthograptis luteolata (Linnaeus, 1758)
Hypomecis punctinalis (Scopoli, 1763)
Boarmie apparentée, Boarmie pointillée

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de mai à juin puis de juillet à août en deux générations (Niort, du 28 mai au 11 août). Chenille sur quercus, populus, malus, salix, etc. Elle est visible en juin puis en septembre. Répandu partout et, en général assez commun.


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

La Boarmie apparenté. Peut-être confondue avec H. roboraria bien que plus petite. Largement répandue en Europe tempérée et en Asie. En France, partout en plaine comme en montagne. Affectionne les forêts claires de feuillus, les prairies humides, les jardins et les parcs. Espèce trivoltine, sauf en montagne, en V-IX. Chenille polyphage sur essences forestières diverses : Tilia, Salix, Carpinus, Alnus, Acer…

I. Répandu partout et, en général assez commun (G&L 1912).

II. Amuré 02/08/1996 (AG) - Beaussais 08/2007 (Wilding Neil) - Belleville 21/08/2010 (AG) - Fressines 03/07/2009 (AG) - La Crèche 27/05/1973 (NT) - La Mothe Saint-Héray 05/06/1970 (NT), 31/05/1981 (NT), 01/03/1983 (NT), 27/06/1990 (CL) - Magné 08/05/2008 (AG) - Niort 07/06/1968 (MG), 08/06/1968 (MG), 08/05/1970 (NT), 30/05/1970 (NT), 01/06/1970 (NT), 21/05/1976 (NT), 06/07/1983 (NT), 19/06/2010 (Rebeyrol Christian), 15/08/2010 (AG) - Sansais 26/05/1995 (CL) - Secondigny 04/06/2008 (CL) - Villiers en Bois 02/06/1970 (NT), 06/06/1970 (NT), 11/06/1970 (NT), 12/07/1972 (NT), 22/06/1978 (NT), 04/04/1981 (NT), 31/05/2009 (AG), 22/06/2009 (AG), 05/07/2009 (AG), 01/07/2010 (AG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Hypomecis punctinalis (Scopoli, 1763)
Malacosoma castrensis (Linnaeus, 1758)
Livrée des prés

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juin à juillet. Chenille sur euphorbia, helianthemum, erodium, etc. Elle est visible en mai.

Deux-Sèvres : Peu commun à Niort, 15/06/1908 ; 27/06/1904 ; 20/06/1907 ; 22 et 29/06/1908 (Gelin).

Charente-Maritime : Assez commun à Dompierre (Vigé) ; Royan (B. et S.). Rochefort, du 20 juin au 1er juillet 1873 (Delav.) ; Saintes, 01/07/1908 (Gelin).


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

La Livrée des prés. Eurasiatique. Partout en France sauf dans l’ouest. L’imago est visible en VI-VII. Chenille sur Euphorbia, Helianthemum, Erodium, en V.

I. Peu commun à Niort 27/06/1904 (HG), 20/06/1907 (HG), 15/06/1908 (HG), 22/06/1908 (HG), 29/06/1908 (HG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Malacosoma castrensis (Linnaeus, 1758)
Agrius convolvuli (Linnaeus, 1758)
Sphinx du liseron

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de août à octobre. Butine le soir, sur les fleurs de pétunias, de tabac odorant. Chenille verte ou brune, sur convolvulus arvensis. Elle est visible en juillet. Répandu partout, et plus abondant que ligustri.

Deux-Sèvres : Niort, 06/08/1904 ; 25/08/1907 ; 10/09/1908 ; 02/10/1905 ; 09/10/1907. Paraît succéder à ligustri.

Charente-Maritime : Saintes, 25/08/1907 ; 10/09/1908 (Gelin).


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Sphinx du liseron. Afrotropicale. L’adulte, visible en VII-X, essentiellement crépusculaire et nocturne, se dissimule durant la journée contre les troncs et les parois rocheuses, où sa livrée homotypique lui assure un camouflage efficace, en dépit de sa grande taille. A la tombée de la nuit, mais parfois dès la fin de l’après-midi, il butine en vol stationnaire sur les fleurs à profonde corolle tubuleuse, notamment sur celles des Tabacs, Plox, Pétunias, Stramoines, ou Saponaires, qu’il explore grâce à sa trompe démesurément longue. Attiré par les éclairages urbains, il vient tournoyer autour des réverbères, où il est souvent confondu avec une chauve-souris. Grâce à ses formes particulièrement aérodynamiques, il compte parmi les plus puissants migrateurs de l’ordre des Lépidoptères. Sa vitesse de croisière, sur de courtes distances, peut dépasser 100 km/h, et sur les longs trajets, se maintient autour de 50 km/h. Cette capacité de vol soutenu lui permet de partir de son principal réservoir, le continent africain, notamment en présence de courants aériens favorables, de franchir sans peine la Méditerranée, puis les Alpes et de se répandre à travers toute l’Europe, souvent jusqu’en Scandinavie. Les individus migrateurs voyagent par petits groupes. Une première vague migratoire quitte l’Afrique dès la mi-avril, atteignant le Nord de la France dès la mi-mai. La vague la plus abondante déferle en juin et peut se prolonger jusqu’en juillet. En cours de migrations, les femelles déposent leurs œufs dès qu’elles rencontrent un milieu favorable abritant des liserons. Butine le soir, sur les fleurs de pétunias, de tabac odorant. Chenille verte ou brune, sur Convolvulus arvensis, en VII-IX.

I. Répandu partout (G&L 1912).

II. Availles-Thouarsais 07/09/2007 (CL) - Beaussais 09/2003 (Wilding Neil) - Boussais 26/08/2008 (CL) - Cersay 09/08/1982 (CL), 10/07/1983 (CL) - Châtillon sur Thouet 18/09/2007 (Brunet Jean-Louis) - Chauray 12/09/1990 (AG) - Cours 26/09/2010 (Colas Anthony) - Fressines 06/10/1998 (AG) - Frontenay Rohan-Rohan 20/09/1998 (AG) - La Crèche 29/08/1983 (NT) - Magné 12/09/1996 (AG) - Mauzé-Thouarsais, 14/07/2007 (CL) - Niort 28/08/1950 (MG), 04/09/1959 (MG), 02/09/1960 (MG), 09/09/1960 (MG), 22/09/1960 (MG), 29/09/1960 (NT), 05/10/1962 (MG) - Rom 24/07/2010 (Minot Jean-Louis) - Saint-Georges de Rex 11/09/1982 (NT) - Sainte-Blandine 06/04/1969 (NT), 04/09/1995 (NT) - Villiers en Bois 25/09/2009 (AG) – Voultegon 07/09/2010 (Courtin Bernard).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Agrius convolvuli (Linnaeus, 1758)
Mormo maura (Linnaeus, 1758)
Maure

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de juin à septembre. Chenille sur hedera, vitis, prunus spinosa. Elle est visible en mai. Répandu et assez commun partout. Varie du gris au noir foncé.


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

Le Maure, le Crapaud. Méditerranéo-asiatique. Largement répandue en Europe centrale et méridionale. En France, s’observe communément partout, y compris en Corse. Elle habite les bois clairs, les jardins, les ponts, les caves et en de nombreux endroits obscurs, même dans les habitations. Espèce univoltine en VI-X. En automne, la chenille se nourrit de plantes basses, Rumex, Plantago, Labium, Stellaria. Elle hiverne puis mange à nouveau les jeunes feuilles de divers arbres comme Alnus, Populus, Salix, Prunus spinosa.

I. Répandu et assez commun partout (G&L 1912).

II. Beaussais 09/08/1983 (NT), 09/2004 (Wilding Neil) - Cersay 02/07/1997 (CL), 05/09/2006 (CL) - La Crèche 08/07/1972 (NT), 30/07/1981 (NT) - La Mothe Saint-Héray 30/08/1983 (NT) - Les Aubiers 14/10/2000 (CL) - Niort 04/07/1957 (MG), 19/07/1961 (MG), 04/07/1964 (MG), 28/08/1968 (MG), 01/07/1971 (NT), 14/07/1971 (NT), 17/08/1971 (NT), 17/07/1972 (NT), 01/09/1972 (MG), 15/09/1992 (AG), 05/10/1993 (AG), 08/10/1996 (AG), 10/10/1997 (AG), 02/09/2001 (AG), 02/09/2007 (Gaultier Christian) - Sansais 08/07/1971 (NT) - Verrines sous Celles 15/07/1971 (NT), 09/08/1983 (NT).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Mormo maura (Linnaeus, 1758)
Lythria purpuraria (Linnaeus, 1758)
Ensanglantée des renouées

Etat des connaissances en 1912 - Gelin Henri et Lucas Daniel - Catalogue des Lépidoptères observés dans l’ouest de la France) :

L’imago est visible de avril à juin puis de juillet à août en deux générations. Chenille sur rumex, polygonum. Elle est visible en juin puis en octobre. Répandu et commun dans toute la région. La première génération, plus petite, a les ailes antérieures gris ou rosé verdâtre, les inférieures grises aubord anal (rotaria F.). Les ailes antérieures portent une à trois bandes pourpres, plus ou moins larges ; lorsque la bande est unique, elle se bifurque parfois à la partie antérieure. Dans l’aberration lutearia Stgr., qui appartient à la génération estivale, les quatre ailes sont fauve clair, et les bandes très obsolètes. M. Delahaye a pris en août, aux environs d’Angers, 6 exemplaires de cette dernière forme.


Etat des connaissances en mai 2013 - Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert

L’Ensanglantée des renouées. Europe de l’ouest. Répandue dans toute la France. Fréquente les pelouses sèches, les coteaux chauds, les champs moissonnés, surtout en plaine. Espèce bivoltine en IV-VIII. Chenille sur Polygonum aviculare.

I. Répandu et commun dans toute la région (G&L 1912).

II. Belleville 21/08/2010 (AG) - Fressines 08/07/2006 (AG) - Genneton 05/08/2010 (Miteu Martine) - La Mothe Saint-Héray 30/08/1983 (NT) - Luzay 27/08/2006 (AG) - Niort 13/08/1996 (AG) - Saint-Jean de Thouars 10/08/1991 (AG), 15/08/1997 (AG).

AG = Antoine Guyonnet, CL = Christian Lemoine, DL = Daniel Lucas, G&L = Gelin et Lucas, HG = Henri Gelin, MG = Marius Guimard, NT = Norbert Thibaudeau, RL = Robert Levesque.




lire la suite de l'article : Lythria purpuraria (Linnaeus, 1758)
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/