Objets associés au mot-clé : 15
Articles associés
Recherche par départements
Cliquez dans la colonne de droite, dans la rubrique "Mots clés" "Départements", sur le numéro de département dont vous voulez voir le nom des espèces saisies sur le site.

lire la suite de l'article : Recherche par départements
Xanthorhoe sp.
Observation de M. Porteneuve Jean-Jacques - Puy Mary (15) - 27/06/2009

lire la suite de l'article : Xanthorhoe sp.
Eupithecia sp.
Observation de M. Porteneuve Jean-Jacques - Puy Mary (15)- 27/06/2009

lire la suite de l'article : Eupithecia sp.
Euclidia glyphica (Linnaeus, 1758)
Doublure jaune

Adulte : Ailes antérieures brun moyen, ornées de trois bandes transversales (basilaire, postdiscale, marginale) et d’une tache costale pré-apicale triangulaire brun foncé. Ailes postérieures jaune orangé, rehaussées de bandes brun foncé.

Chenille : Atteint 40 mm de longueur. Ressemble à celle du M noir, mais avec une paire supplémentaire de fausses pattes, vestigiale, du côté antérieur. Brun jaunâtre, avec de fines lignes longitudinales sombres et une bande latérale claire.

Plantes hôtes : Sur diverses Papilionacées, dont la Luzerne cultivée (Medicago sativa), le Lotier corniculé (Lotus corniculatus), la Jarosse (Vicia Cracca), le Trèfle des prés (Trifolium pratense), la Gesse des prés (Lathyrus pratensis) et l’Hippocrépide à toupet (Hippocrepis comosa).

Habitat : Milieux ouverts secs ou humides, entre autres prairies marécageuses, alpages fleuris, pelouses sèches.

Biologie : L’espèce donne deux générations annuelles et hiverne à l’état nymphal. L’adulte observe le même comportement diurne que celui du M noir (butine en plein soleil, ailes entrouvertes, et cesse toute activité dès la tombée de la nuit ; très farouche). Les œufs sont déposés en rangées sur les feuilles de la plante hôte, et parfois sur les feuilles sèches des Graminées. La chenille se comporte comme celle de l’espèce précédente, M noir (Active de jour comme de nuit, se déplace à la manière des larves de géomètres, mais se distingue aisément de celle-ci grâce au nombre de fausses pattes. Entre les prises de nourriture elle s’applique souvent sur les chaumes des Graminées ou les tiges de plantes appartenant à diverses familles botaniques, habitude sans doute à l’origine de la mention erronée, dans la littérature, de plantes hôtes autres que les Papilionacées. Très sensible aux vibrations, elle se laisse tomber à terre au moindre effleurement, s’enroulant étroitement sur elle-même). La nymphose s’effectue à terre. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Eurasiatique. Présente dans toute l’Europe. Comme E. mi (M noir), elle est largement répandue en France. Moins xérophile que celle-ci, elle occupe les prairies sèches à mésophiles où elle peut pulluler certaines années, les clairières. La chenille est également polyphage et se nourrit de diverses plantes basses, dont (Trifolium, Vicia, Lotus, Lathyrus). Période de vol : IV-VI ; VII-VIII. Espèce bivoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)



lire la suite de l'article : Euclidia glyphica (Linnaeus, 1758)
Gonepteryx rhamni (Linnaeus, 1758)
Citron
50-55mm. Ailes des deux paires falquées, jaunes chez le mâle, vert d’eau chez la femelle. Habitat : Bois, broussailles, prairies sylvatiques orées forestières. Biologie : De tous nos Rhopalocères, le citron est celui qui peut prétendre à la plus longue espérance de vie : il passe en effet les 12 mois à l’état imagal.. L’adulte quitte sa chrysalide au cœur de l’été ; il s’active sur les fleurs jusqu’à la fin de la saison, puis se retire dans ses quartiers d’hiver. Pour ce faire, il recherche de préférence les sous-bois humides, au sein desquels il choisit un emplacement d’hivernage généralement à proximité du sol, parmi les graminées ou à l’abri d’un roncier. Il est quasi le seul Rhopalocère a hiverner ainsi presque à découvert. Il demeure en général à l’emplacement choisi durant tout l’hiver, pouvant disparaître à plusieurs reprises sous une épaisse couche de neige, pour reparaître intact après la fonte de celle-ci. Comme chez tous les insectes hivernant, une élévation de la concentration des liquides cellulaires s’oppose au gel des tissus. Dès février, certains individus sortent de leur torpeur ; l’accouplement se déroule en mars-avril. Aussitôt après les œufs sont déposés isolément ou par petits groupes sur les bourgeons de la plante hôte en phase de débourrement. La chenille se tient invariablement sur la nervure médiane de la feuille qu’elle consomme, où sa livrée la camoufle efficacement. Il est assez facile de la trouver en repérant les feuilles de Bourdaine dont les bords ont été rongées. La chrysalide succincte ressemble à une petite feuille ; elle est généralement fixée horizontalement sous un rameau. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

lire la suite de l'article : Gonepteryx rhamni (Linnaeus, 1758)
Melanargia galathea (Linnaeus, 1758)
Demi-Deuil
Adulte : Blanc et noir en damier. Revers avec les même motifs mais beaucoup moins contrastés, et une rangée postdiscale de petits ocelles. Femelle plus grande, avec revers teinté d’ocre jaune. Plante – hôte : comme les chenilles de tous les Satyrines se nourrit exclusivement de graminées ; Palène, Brome dressé, Pâturin des prés. Chenille : Atteint 28 mm. Verte ou brun jaune à brun grisâtre, avec la tête brun clair, une ligne dorsale sombre et une bande latérale claire, soulignée de foncé. Extrémité abdominale bifide, avec chacune des pointes ornée d’une strie rougeâtre sur le dessus. Habitat : Prairies, clairières, talus, bords des routes… abondantes presque partout mais en régression au nord de la Seine. Biologie : Le mâle du Demi-deuil, contrairement à ceux de nombreux autres Rhopalocères, ne guette pas le passage des femelles depuis un perchoir, mais recherche activement en vol celles qui viennent d’émerger parmi les Graminées. Les œufs sont simplement abandonnés en vol par la femelle. La chenille éclos dès la fin de l’été et cherche aussitôt un abri pour l’hivernage, sans avoir pris la moindre nourriture. Elle accomplit son cycle au printemps, puis se nymphose à proximité du sol. La chrysalide, blanchâtre ou jaune, repose à l’abri d’un réseau soyeux lâche. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

lire la suite de l'article : Melanargia galathea (Linnaeus, 1758)
Pyronia tithonus (Linnaeus, 1767)
Amaryllis
L’apparition de ce papillon familier au bord des chemins est perçue par beaucoup de naturalistes comme le signe que l’été est à son apogée. L’amaryllis vole quand les fleurs de ronces sont épanouies, et il peut former des groupes nombreux qui butinent. Le recto est orange vif, avec une marge brune et un ocelle double sur l’aile antérieure. Le verso est d’une couleur similaire, mais les ailes postérieures ont un aspect plus marbré. Le mâle est plus petit que la femelle, plus vivement coloré et doté d’une bande d’écailles androconiale foncée sur chaque aile antérieure. Fréquente les haies et les lisières, de la plaine à la basse montagne. Vol : Juillet-Août. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Pyronia tithonus (Linnaeus, 1767)
Maniola jurtina (Linnaeus, 1758)
Myrtil
C’est probablement l’un des papillons les plus abondants dans les lieux herbus de nos régions. On voit surtout la face inférieure des ailes. L’aile antérieure est orange et chamoisée avec un ocelle distinct, l’aile postérieure brunâtre avec une bande plus claire ornée de points noirs. Contrairement à ses congénères, le myrtil dévoile parfois le recto de ses ailes sur le terrain. Elles sont brun intense avec une tache orangée contenant un ocelle sur l’aile antérieure (l’orange est plus étendu chez la femelle). Se rencontre dans divers habitats herbus, talus des routes, prés, allées des bois, régions vallonnées, jusqu’à 1500 m au moins. Vol : Juin à Octobre. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Maniola jurtina (Linnaeus, 1758)
Aglais urticae (Linnaeus, 1758)
Petite tortue

La petite tortue est l’un des papillons les plus familiers et attrayants d’Europe. Le recto coloré est essentiellement orange, avec de grosses taches noires, jaunes et brun foncé, et de légères lunules bleues qui bordent les quatre ailes, accentuant l’aspect de mosaïque. Le verso, en revanche, est assez sombre, ce qui donne au papillon une livrée assez cryptique lorsqu’il se pose les ailes repliées. La petite tortue donne deux à trois générations par an ; les adultes de la dernière hivernent, se réfugiant souvent dans les granges et autres bâtiments, pour ressortir au printemps. Habite une grande variété de lieux, tels que les talus, les bordures des champs et des jardins, de la plaine aux montagnes. Vol : Mars à Octobre, en générations successives. (Nature en poche - Larousse)

Adulte : 40-50 mm. Fauve rougeâtre vif avec des taches noires, blanches et jaunes, ainsi qu’une rangée marginale de lunules bleues ; base des ailes postérieures noire. Revers des ailes postérieures brun foncé, avec l’aire marginale plus claire. Plante – hôte : Exclusivement l’Ortie dioïque. Chenille : atteint 30 mm. Noire avec une fine ponctuation claire et des bandes longitudinales jaunes ; épines noires ou jaunâtres Habitat : Milieux ouverts les plus divers. S’est raréfiée dans le nord de la France. Biologie : Les adultes se montrent très tôt au premier printemps, souvent dès le mois de février. Ils butinent alors activement les fleurs précoces, notamment celles du Pas-d’âne, du Bois-gentil et du Saule marsault. Les œufs sont déposés dès le mois d’avril en amas denses de 50 à 200 unités à la face inférieure des feuilles de la plante hôte. Les chenilles tissent des nids communautaires. Comme la plupart des chenilles se nourrissant d’orties, elles sont, malgré leurs couleurs vives, ou peut-être grâce à celles-ci, délaissées par les oiseaux insectivores. Il est possible que les épines dont elles sont pourvues, de même que l’absorption des principes contenues dans leurs plantes hôtes, leur confèrent une certaine immunité vis-à-vis de leurs ennemis. Toutefois, le fait que les chrysalides sont fréquemment la proie des mésanges rend plus vraisemblable la première hypothèse. Les adultes de la deuxième génération volent dès le mois de juin. L’espèce donne parfois une troisième génération et hiverne à l’état imagal.(Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

La thermorégulation chez les papillons hivernant, "Petite tortue", par exemple : Chez tous les papillons, le sang coule dans un vaisseau unique qui se dirige de l’abdomen à la tête en passant par le thorax. Il véhicule de la chaleur tout au long de son parcours ; il revient jusqu’à l’abdomen en s’infiltrant dans les tissus. Le système circulatoire du papillon hivernant comprend deux échangeurs thermiques à contre-courant, l’un situé dans l’abdomen et l’autre dans le thorax. Dans celui de l’abdomen, le sang qui coule du coeur vers l’aorte est froid, alors que celui qui coule en sens opposé, à travers le tissu adjacent, est plus chaud ; la chaleur passe donc du tissu au vaisseau, et ensuite au thorax. L’échangeur thermique du thorax est l’aorte. Comme le sang de la partie descendante de la boucle est plus chaud que celui de la partie montante, la chaleur repart de la partie descendante vers la partie montante. Chez les grands papillons d’été, la partie descendante de l’aorte est séparée de la portion montante, de sorte que la chaleur est dissipée - certains papillons augmentent la chaleur de leur corps avant de prendre leur envol en faisant vibrer fortement leurs ailes- ( Source : revue "pour la science" - "scientific américan"- by Bernd HEINRICH - nr.116, mai 1987 ).



lire la suite de l'article : Aglais urticae (Linnaeus, 1758)
Papilio machaon (Linnaeus, 1758)
Machaon, Grand Porte-Queue

Adulte : 50-75 mm d’envergure. Ailes jaune clair à jaune foncé, chargées de motifs noirs complexes, les ailes postérieures caudées, avec une bande postmédiane de taches bleues et un ocelle anal rouge vif, surmonté de bleu et cerclé de noir.

Chenille : Atteint 45 mm de longueur. Glabre, lisse, vert clair, annelée de noir et également ponctuée de rouge orangé.

Plantes hôtes : Sur diverses Ombellifères (Apiacées), par exemple sur le Boucage saxifrage, le Fenouil commun, le Panais cultivé, le Peucédan des marais, la Carotte sauvage et le Fenouil des Alpes ; en outre sur la Rue fétide qui, appartenant à la famille des Rutacées, témoigne de liens trophiques très éloignés des précédents.

Habitat : Milieux découverts et ensoleillés les plus variés : bermes fleuries des chemins, pelouses sèches, jardins… Généralement assez commun.

Biologie : L’espèce donne deux générations, et même trois dans les régions les plus méridionales. L’adulte montre le même comportement de rassemblement sommital que le Flambé. Inquiétée la chenille évagine de son thorax un organe charnu et fourchu, jaune orangé, dit osmétérium, exhalant une odeur fétide d’acide butyrique. La nymphose s’effectue contre une tige ou sous une pierre. La chrysalide succincte, verte ou gris brunâtre, présente les mêmes particularités biologiques que celle du flambé. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Facilement identifiable par son apparence éclatante. Vol rapide et agile. Seule confusion possible : le porte queue de Corse. Peu de dimorphisme sexuel : la femelle est plus grande et ses ailes sont moins anguleuses. Envergure 64-100 mm ; vole : avril à août.

Le machaon est présent dans toute l’Europe mais semble se raréfier en Europe centrale. Cette espèce possède une vaste aire de répartition couvrant pratiquement tout l’hémisphère nord tempéré. Plus de cent sous-espèces ont été décrites. Envergure : jusqu’à 90 mm.

• Période de vol : mars à fin septembre, de une à trois générations en fonction de la latitude. • Habitat : prairies fleuries, au moins jusqu’à 1 800 m. • Plantes-hôtes : fenouil, diverses Ombellifères, Citrus • Une, deux ou trois générations par an selon les régions. Les œufs sont pondus isolément (mai-juin ; fin de l’été) sur les feuilles de la plante nourricière (ombellifères, régulièrement dans les feuilles de carottes et de fenouil dans les jardins sans insecticides). L’éclosion s’effectue environ une semaine après la ponte. Le développement larvaire dure à peu près un mois. Les chenilles ont une activité diurne. Quand on les inquiète, elles font saillir leur osmeterium orangé (glande odorante qui éloigne les prédateurs) voir cliché. Les chrysalides sont entourées d’une ceinture de soie. Selon les saisons, le stade nymphal dure trois semaines ou tout l’hiver. Les imagos qui hivernent, peuvent s’observer de mars à septembre.



lire la suite de l'article : Papilio machaon (Linnaeus, 1758)
Iphiclides podalirius (Linnaeus, 1758)
Flambé
50-70 mm. 2 générations. Ailes jaune pâle, barrées de bandes transversales noires qui se prolongent d’une paire sur l’autre. Ailes postérieures longuement caudées, avec lunules marginales bleues et un ocelle anal bleu, cerné de noir et surmonté d’un arc orangé. Habitat : milieux ouverts et secs.(Guide nature Nathan, Quel est donc ce papillon ?)

lire la suite de l'article : Iphiclides podalirius (Linnaeus, 1758)
Zanclognatha tarsipennalis (Treitschke, 1835)
Herminie de la Vigne-blanche
Eurasiatique. Largement répandue en Europe, excepté dans l’extrême Sud (Portugal, Grèce). En France, un peu partout. C’est une espèce qui vit dans les milieux à boisements mixtes, souvent humides. La chenille consomme les feuilles sèches de diverses plantes et essences ligneuses, comme Quercus, Rubus, Salix, Polygonum aviculare... Période de vol : Mai à Septembre. Espèce univoltine ou bivoltine. (Guide des papillons nocturnes de France - Coordonné par R. Robineau - Delachaux et Niestlé)

lire la suite de l'article : Zanclognatha tarsipennalis (Treitschke, 1835)
Speyeria aglaja (Linnaeus, 1758)
Grand nacré
Si cette espèce ressemble superficiellement au tabac d’Espagne, les dessins de ses ailes sont beaucoup plus accentués, surtout chez la femelle. Le recto est orange chamoisé, avec une suffusion étendue de verdâtre. Au verso, l’aile antérieure est surtout rose avec des points noirs, tandis que la postérieure est vert clair avec des traces de lignes argentées. Affectionne les allées herbues des bois, les clairières et les champs fleuris. Période de vol : Mai à Juillet. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Speyeria aglaja (Linnaeus, 1758)
Polyommatus icarus (Rottemburg, 1775)
Azuré de la bugrane, Azuré commun
C’est l’un des papillons les plus communs dans nos régions et il fréquente la plupart des prairies naturelles et semi-naturelles. Localement, les bonnes années, il peut même être très abondant. Malgré une certaine variabilité, la plupart des mâles ont un recto bleu nuancé de violet. Celui de la femelle est brun, avec des macules orange et une sulfurisation bleu-violet à la base des ailes d’étendue variable. Le revers des deux sexes est gris-brun avec des macules oranges et des points noirs cernés de blanc. Se rencontre dans une grande variété de lieux, de la plaine jusqu’à plus de 2000 m, partout où ses plantes-hôtes abondent. Plantes hôtes : Lotier, Fabacées. Vol : Avril à octobre, en générations successives. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Polyommatus icarus (Rottemburg, 1775)
Argynnis paphia (Linnaeus, 1758)
Tabac d’Espagne
Adulte : Mâle fauve orangé vif, orné de points et de stries noires, dont quatre épaisses stries androconiales sur les nervures postérieures de l’aile antérieure. Femelle fauve terne, plus rarement gris verdâtre sombre (forme valesina Esper) dépourvue de stries. Revers des ailes postérieures vert à reflet métallique dans les deux sexes, traversé de bandes blanc nacré s’amincissant d’avant en arrière. Chenille : Atteint 38 mm de longueur. Brun foncé, avec deux bandes dorsales jaune adjacentes et des épines fauves ; en outre, une paire d’épines thoraciques noires, dépassant la tête à la manière d’antennes. Plantes hôtes : sur divers espèces de Violettes, selon les région, par exemple sur la Violette hérissée (Viola hirta) Habitat : orées et laies forestières, clairières mésophiles richement fleuries, prairies sylvatiques. Espèce encore assez répandue et abondante, reste la plus commune de toutes les Argynnes. Biologie : l’espèce ne donne qu’une génération annuelle. Lors de la parade nuptiale, le mâle plonge en vol sous la femelle, stimulant celle-ci en répandant le parfum de ses androconies. Si la femelle est réceptive, elle se pose rapidement, oriente son abdomen en direction du mâle, venu se poser à ses côtés, et distille à son tour au moyen de ses glandes abdominales des hormones aphrodisiaques propre à stimuler son partenaire, qui procède alors à l’accouplement. Les oeufs sont déposés non pas sur les plantes nourricières, mais à proximité de celles-ci, sur le fût des arbres avoisinants, notamment des pins et des épicéas. A cet effet la femelle décrit en vol une spirale autour du tronc choisi, y déposant un œuf tous les mètres environ. Les chenilles éclosent à la fin de l’automne, et sans prendre la moindre nourriture, s’enferment dans un abri soyeux pour hiverner. En mars, elles gagnent les violettes, sur lesquelles elles se nourrissent la nuit, se dissimulant sous les feuilles durant la journée. La nymphose s’effectue sur un rameau à peu de distance du sol. La chrysalide suspendue, brune, présente des rangées de protubérances dorsales acuminées et des taches brillantes à reflet bleu métallique. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

lire la suite de l'article : Argynnis paphia (Linnaeus, 1758)
Didymaeformia didyma (Esper, 1778)
Mélitée orangée

Cette belle espèce est fort variable, avec un dimorphisme sexuel et saisonnier, et des variations géographiques. Toutefois, la plupart des mâles sont bien caractérisés par leur recto orange vif, comme celui d’un Robert le diable frais éclos, orné par ailleurs de taches bien différentes. Cependant, l’étendue des points noirs et l’intensité du fond varient au sein du domaine du papillon et, à un degré moindre, selon la génération. Le recto de la femelle est globalement plus gris, au point que parfois certaines formes évoquent une espèce différente. Se rencontre dans des biotopes herbus fleuris, prairies de plaine, bord des talus, et jusqu’à 2000 m en montagne. Vol : Mai à Août, en plusieurs générations. (Nature en poche - Larousse)

Adulte : Mâle : Fauve orangée vif à fauve rougeâtre, avec des rangées transversales de taches quadrangulaires noires. Femelle : très variable, avec les ailes antérieures souvent envahies de crème ou suffusées de gris verdâtre ; même motifs que chez le mâle. Revers des ailes postérieures crème dans les deux sexes, avec deux bandes transversales fauve orangé vif, ainsi que des rangées de lunules de traits et de points noirs. Plante – hôte : Molène farineuse, Linaire, Plantain lancéolé, Epiaire droite, Véronique d’Autriche, et diverses autres plantes herbacées Chenille : Atteint 28 mm. Blanche avec de fines lignes sombres et des épines blanches ; deux rangées dorsales de taches orangées supportant chacune une épine concolore à pointe blanche. Habitat : Milieux ouverts, chauds et secs. Abondante dans le sud de la France, mais en forte régression dans la moitié nord où elle a disparu de maintes régions… Biologie : L’espèce donne 1 à 3 générations. Les œufs sont généralement déposés par petits groupes à la face inférieure des feuilles de la plante nourricière. Les chenilles vivent isolément dès la naissance, longues de 10 mm avant l’hivernage, elles s’abritent volontiers dans les capsules fructifères vides de diverses plantes herbacées, par exemple dans celles des primevères. La nymphose se déroule en juin sur une tige sèche. La chrysalide, succincte, est ornée des mêmes motifs bariolés que la chenille. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)



lire la suite de l'article : Didymaeformia didyma (Esper, 1778)
Acherontia atropos (Linnaeus, 1758)
Sphinx tête de mort
Olivier, Lilas, Catalpa, Datura, Pommes de terre, Jasmin, Buddleia, Aubergine, Frêne
Observation de Filomenko Madeleine - Ahuy (21) - 21/07/2016 Observation de Sérieys Claude - Gémenos (13) - 19/07/2016 Observation de Bigot Jean-Marc - Tours (37) - 13/08/2015 Observation de Bigot Jean-Marc - Tours (37) - 30/07/2015 Observation de Tashan Michel - Gap (05) - 09/08/2013 Observation de Georges Gwénaël - Yvré l’Evèque (72) - 31/07/2013 Observation de Madame Golé Mireille - Lavercantière (46)- 18/07/2013 sur Pomme de terre Observation Porteneuve Jean-Jacques - Lunel-Viel (34) - 15/11/2012 (...)

lire la suite de l'article : Acherontia atropos (Linnaeus, 1758)
Hypomecis punctinalis (Scopoli, 1763)
Boarmie apparentée, Boarmie pointillée
Assez proche de Hypomecis roboraria, mais plus petite, sur le revers des antérieures, l’angle de l’apex ne présente pas d’ombre sombre. Elle est répandue à travers toute l’Europe, puis en Asie. Fréquente et abondante en France, en plaine comme en montagne. Le papillon s’observe dans les allées forestières et les jardins. La chenille, très polyphage, se nourrit sur divers arbres et arbustes tels que Larix decidua, Tilia, Salix, Carpinus, Alnus, Berberis, Rubus, Acer, Vaccinium… La chrysalide hiverne. Période de vol : V ; VI-VII ; VIII-IX. Espèce trivoltine. (Guide des papillons nocturnes de France)

lire la suite de l'article : Hypomecis punctinalis (Scopoli, 1763)
Selenia dentaria (Fabricius, 1775)
Ennomos illunaire
Divers feuillus et arbustes
Observation de Villatte Raymond - Isle (87) - 20/09/2011 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 10/07/2011

lire la suite de l'article : Selenia dentaria (Fabricius, 1775)
Shargacucullia lychnitis (Rambur, 1833)
Bréchette, cucullie de la molène-lychnis
Verbascum lychnite et nigrum
Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 15/07/2011 Observation de Billard Michel - Bessans Vincendières 1809m (73) - 19/08/2010 Observation Mme Aarts Tineke - Catus (46) - 04/07/2009 sur molène noire Observation de Bécé Jocelyne - Gourdon (46) - 14/07/2008 Observation Mme Aarts Tineke - Catus (46) - 03/07/2008 (sept chenilles, grandes et petites, sur Molène noire (verbascum nigrum), plante sauvage dans massif à fleurs.) Observation de Mr Le Mao Patrick - Col de la Rèbe/Comaranche (01) - (...)

lire la suite de l'article : Shargacucullia lychnitis (Rambur, 1833)
Agapeta hamana (Linnaeus, 1758)
Crampon, Euxanthie du Chardon
Observation Porteneuve Jean-Jacques - Lunel-Viel (34) - 10/07/2013 Observation de M. Smit Henk - Gien (45) - 14/08/2011 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 13/07/2011 Observation de Vogel Gérard - Brouennes (55) - 14/08/2010 Observation de Mme Blanc Josselyne - Savas (07) - 08/07/2010 Observation de Brigitte Seys - Carvin (62) - 11/06/2010 Observation de Teulier Emilien - Albias (82) - 13/08/2009 Observation de Teulier Emilien - Saint-Antonin Noble Val (82) - 05/08/2009 Observation de Mme Blanc Josselyne - Savas (07) - 29/07/2009 Observation de Mme Blanc Josselyne - (...)

lire la suite de l'article : Agapeta hamana (Linnaeus, 1758)
Alcis repandata (Linnaeus, 1758)
Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 14/07/2013 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 13/07/2011 Observation de Villatte Raymond - Vaulry (87) - 03/07/2011 Observation de Gérard Vogel - Belg Roux - 11/06/2011 (photo Philippe Toussaint) Observation de Vogel Gérard - Stenay (55) - 07/06/2011 Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 04/06/2011 Observation de Brigitte Seys - Marchiennes (59) - 02/07/2010 Observation de Brigitte Seys - Carvin (62) - 23/06/2010 observation de Francoz Philippe - Gruffy (74) - 11/08/2009 Observation de Meistermann Jean-Marc - (...)

lire la suite de l'article : Alcis repandata (Linnaeus, 1758)
Apatura iris (Linnaeus, 1758)
Grand mars changeant
Grand et spectaculaire, ce papillon est l’un des plus appréciés chez les amateurs européens. Non seulement il est magnifiquement paré, mais c’est aussi l’un des papillons les plus insaisissables de nos régions, de sorte qu’en apercevoir un relève de l’exploit. Ce papillon passe le plus clair de son temps à voler au sommet des chênes matures. Le décor des ailes est à peu près identique chez les deux sexes, mais le recto du mâle offre un somptueux reflet pourpre, vu sous un certain angle. Se rencontre dans les forêts de chênes matures, qui servent aux mâles pour marquer leurs territoires. On peut avoir la chance d’observer ce grand papillon quand il descend au sol pomper les suintements des charognes ou des excréments frais ! Période de vol : Juillet-Août. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Apatura iris (Linnaeus, 1758)
Callimorpha dominula (Linnaeus, 1758)
Observation de Tineke Aarts lors d’une sortie de la LPO Lot - Lacam d’Ourcet (46) - 06/07/2015 Observation de Francoz Philippe - Cuzy (74) - 29/06/2012 Observation de Biard Patrick - Pleaux (15) - 13/07/2011 Observation de Durand Claire-Marie - Rambouillet (78) - 26/06/2010 Observation de Montenot Jean-Pierre - Champoléon (05) - 25/06/2009 Observation de Leturmy Francis - Malay le Petit (89) - 21/06/2009 Observation de Vogel Gérard - Arrancy -sur-Crusnes (55) - (...)

lire la suite de l'article : Callimorpha dominula (Linnaeus, 1758)
Abraxas sylvata (Scopoli, 1763)
Observation de Cohendoz Stéphane - Les Oignons Boz (01) - 28/07/2012 Observation de Seys Brigitte - Sec Marais (59) - 14/07/2013 Observation de Biard Patrick - Pleaux (15) - 10/07/2011 Observation de Vogel Gérard - Murvaux (55) - 28/07/2006

lire la suite de l'article : Abraxas sylvata (Scopoli, 1763)
Catocala fulminea (Scopoli, 1763)
Lichénée jaune
Prunellier, Aubépine, Chêne, Peuplier, Tremble
Observation de Biard Patrick - Pleaux (15) - 13/07/2011 Observation de Villatte Raymond - Condat sur Vienne (87) - 14/06/2011 Observation de Kaldirimdjian Catherine - Puimichel (04) - 30/07/2010 observation de Francoz Philippe - Les Mollettes (73) - 11/07/2011

lire la suite de l'article : Catocala fulminea (Scopoli, 1763)
Colocasia coryli (Linnaeus, 1758)
Noctuelle du coudrier

Eurasiatique. Présente à travers toute l’Europe. En France, on la rencontre également un peu partout. Peu exigeante écologiquement, elle affectionne divers milieux arbustifs et forestiers. Dans la région méditerranéenne, elle semble se cantonner aux milieux plus frais de moyenne montagne et dans les ripisylves de plaine. La chenille, polyphage, se nourrit sur diverses essences : Quercus, Salix, Alnus, Betula, Corylus, Acer…. Période de vol : III-VI ; VII-IX. Espèce bivoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

Adulte : 27-35 mm d’envergure. Ailes antérieures avec la moitié basale brun sombre, sur laquelle se détache l’orbiculaire, cerclée de clair et pupillée de sombre, et la moitié distale gris brunâtre pâle.

Chenille : Atteint 35 mm. Brunâtre pâle, blanchâtre ou rougeâtre, avec une bande dorsale noire, deux faisceaux de poils roussâtres ou noirs formant éventail de part et d’autre de la tête, ainsi qu’un pinceau dorsal de poils plus courts, de mêmes couleurs, sur chacun des segments 4, 5 et 11.

Plantes hôtes : Sur divers feuillus, avant tout sur le Charme commun (Carpinus betulus), Coudrier noisetier (Corylus avellena), Hêtre commun (Fagus sylvatica), et Chêne pédonculé (Quercus robur).

Habitat : Forêts de feuillus, Espèce assez commune presque partout.

Biologie : L’espèce donne deux générations annuelles, la seconde souvent partielle, et hiverne à l’état nymphal. Dans son jeune âge, la chenille vit entre des feuilles assemblées par de la soie ; plus âgée, elle se tient à découvert, sous les feuilles. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)



lire la suite de l'article : Colocasia coryli (Linnaeus, 1758)
Crocota tinctaria (Hübner, 1799)
Observation de Biard Patrick - monts du Cantal (15) - 11/07/2011 Observation de Vogel Gérard - Courchevel (73) - 03/07/2011 Observation de Laprat Michel - Saint-Véran (05) - 13/08/2010 Observation de Senechal Bruno - Alpe d’Huez (38) - 19/07/2009 Observation de Merlen Dominique - Réserve de Tueda (73) - 14/07/2009 Observation de Mr Francoz Philippe - Arvillard (73) - 05/08/2008 Observation de Billard Michel - Champagny le Haut Laisonnay d’en haut (73) - 01/08/2007 Observation de Mr Ygnard Jean - Champigny (89) - (...)

lire la suite de l'article : Crocota tinctaria (Hübner, 1799)
Erebia aethiops (Esper, 1777)
Moiré sylvicole
Ce papillon de basse montagne s’observe facilement, car son vol est mou et il se pose souvent sur les plantes au soleil. Le recto est brun foncé et les quatre ailes sont ornées de bandes orange roussâtre contenant des ocelles pupillés de blanc. Le verso de l’aile antérieure ressemble au recto, mais l’aile postérieure est brun fuligineux avec une bande submarginale gris violacé. Se rencontre dans les lieux herbus en bois clairs et dans les landes, d’ordinaire entre 500 et 1000 m. Période de vol : Juillet à Septembre. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Erebia aethiops (Esper, 1777)
Erebia ligea (Linnaeus, 1758)
Moiré blanc fascié
L’aspect de ce moiré est étonnamment constant dans son vaste domaine. Le recto brun foncé est orné d’une bande orange avec des ocelles pupillés de blanc. Ce dessin se retrouve au verso de l’aile antérieure, mais l’orange est atténué. Sur l’aile postérieure, la bande orange est restreinte autour des ocelles, dont l’alignement est bordé vers l’intérieur d’une ligne blanche irrégulière. Se rencontre dans les lieux herbus de bois clairs et les escarpements entre 500 et 1500 m. Période de vol : Juillet-Août. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Erebia ligea (Linnaeus, 1758)
Erebia sudetica (Staudinger, 1861)
Observation de Villatte Raymond - monts du Cantal (15) - 11/07/2011

lire la suite de l'article : Erebia sudetica (Staudinger, 1861)
Eulithis pyraliata (Denis & Schiffermüller, 1775)
Cidarie pyrale, Phalène du caille-lait jaune
Au repos, cette espèce a tendance à rabattre ses ailes postérieures sous les antérieures à la manière des pyrales. Elle est présente dans toute l’Europe, de l’Espagne à l’Europe centrale, et du cercle polaire au sud de l’Italie, puis à travers l’Asie centrale jusqu’à l’Amour. En France, elle est répandue partout. On la rencontre dans de nombreux habitats, notamment les mégaphorbiaies, les lisières des bois. Commune surtout en moyenne montagne. L’imago est actif le jour, mais vient également à la lumière. La chenille se développe sur divers Galium (gaillets). Hiverne au stade de l’œuf. Période de vol : Juin à Août. Espèce univoltine. (Guide des papillons nocturnes de France)

lire la suite de l'article : Eulithis pyraliata (Denis & Schiffermüller, 1775)
Eupithecia plumbeolata (Haworth, 1809)
Eupithécie du mélampyre
Présente des populations de plus grande taille en montagne, notamment dans les Pyrénées et le Jura. Cette espèce est répandue dans toute l’Europe non méditerranéenne, puis en Asie mineure et Sibérie. Presque toute la France, à l’exception du Sud-Est et de la Corse. Fréquente les lisières forestières, les clairières, jusqu’à plus de 2 000 m d’altitude dans les Alpes et les Pyrénées. Vole durant la journée, dans l’ombre forestière. Les chenilles se développent dans les fleurs de Melampyrum pratense et Rhinantus. Période de vol : Mai à Août. Espèce univoltine. (Guide des papillons nocturnes de France - Coordonné par R. Robineau - Delachaux et Niestlé)

lire la suite de l'article : Eupithecia plumbeolata (Haworth, 1809)
Euthrix potatoria (Linnaeus, 1758)
Buveuse
Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 21/07/2013 Observation de Vogel Gérard - Laneuville-s-M (55) - 07/08/2011 Observation de Brigitte Seys - Etaing (62) - 31/07/2011 Observation de Biard Patrick - Pleaux (15) - 14/07/2011 Observation de Meny Claude - Bicqueley (54) - 14/07/2009 Observation de Villatte Raymond - Chateauponsac (87) - 05/07/2009 Observation de Hellemans Simon - Forêt de Soignes Bruxelles (Belgique) - 28/06/2009 Observation de Le Mao Patrick - Trémereuc (22) - 03/08/2008 Observation de Francoz Philippe - Chindrieux (73) - 24/07/2008 Observation de Le Mao (...)

lire la suite de l'article : Euthrix potatoria (Linnaeus, 1758)
Gastropacha quercifolia (Linnaeus, 1758)
Feuille morte du chêne
Envergure : 22-31 mm. Espèce eurasiatique présente dans toute l’Europe à l’exception de l’Irlande. Période de vol : VI-VIII dans le nord et V-VI puis VIII-IX dans le sud. Chenille sur Quercus, Salix, Crataegus, Rhamnus, Berberis ...

lire la suite de l'article : Gastropacha quercifolia (Linnaeus, 1758)
Idaea biselata (Hufnagel, 1767)
Truie
Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 13/07/2013 Observation de Francoz Philippe - Cusy (74) - 29/06/2012 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 09/07/2011 Observation de Mme Blanc Josselyne - Ampuis (69) - 01/07/2011 Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 26/06/2011 Observation de Vogel Gérard - Vilosnes (55) - 09/08/2010 Observation de Brigitte Seys - Loos en Gohelle (62) - 06/08/2010 Observation de Brigitte Seys - Phalempin (59) - 09/07/2010 Observation de Mattelart Olivier - Louvain la neuve Belgique - 25/06/2010 Observation de Le Mao Patrick - La (...)

lire la suite de l'article : Idaea biselata (Hufnagel, 1767)
Isturgia limbaria (Fabricius, 1775)
Phalène bordée, Phalène noble, Entourée
Localisée à l’Europe méridionale et centrale. Volant le jour dans les landes à genêts où il est parfois commun, le papillon se pose les ailes jointes comme les rhopalocères. Le fond des ailes est plus ou moins envahi de taches noires, le revers étant, lui aussi bien caractérisé. Dans le midi, le bord noir plus fin est particulier à la ssp delimbaria. Les chenilles vivent sur divers genêts (Genista). La chrysalide hiverne. Une espèce affine, Isturgia roraria (Fabricius, 1777) distribuée en Europe centrale jusqu’en Transcaucasie, était présente en Alsace de manière localisée jusqu’à la fin du XIXe siécle. Période de vol : IV-VI (VIII). Espèce univoltine, avec parfois une seconde génération partielle. (Delachaux et Niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Isturgia limbaria (Fabricius, 1775)
Laothoe populi (Linnaeus, 1758)
Sphinx du peuplier
Eurasiatique. Répartie de l’Irlande jusqu’à la Turquie et à l’Est de l’Oural. Répandue dans toute la France continentale. La chenille se développe principalement sur Populus, Salix et Betula, mais aussi sur Fraximus, Malus, Alnus. Le papillon s’observe aux abords des forêts humides jusqu’à 2000 m. Période de vol : Mai à Septembre. Espèce univoltine, avec parfois une seconde génération partielle, suivant les régions. (Guide des papillons nocturnes de France - Coordonné par R. Robineau - Delachaux et Niestlé)

lire la suite de l'article : Laothoe populi (Linnaeus, 1758)
Lymantria monacha (Linnaeus, 1758)
Nonne, Bombyx moine, Cul-noir
Ailes antérieures blanches, avec plusieurs lignes noires sinuées et un point noir dans la cellule. Parfois fortement suffusées de noir, uniformément noires dans les cas extrêmes. Abdomen rose. Antennes fortement bipectinées chez le mâle. (quel est donc ce papillon ? Nathan)

lire la suite de l'article : Lymantria monacha (Linnaeus, 1758)
Miltochrista miniata (Forster, 1771)
Rosette
Eurasiatique. Dans toute l’Europe, sauf l’extrême Nord. En France, elle est présente presque partout, non signalée de Corse. Elle fréquente les bois et forêts aussi bien fraîches que sèches.La chenille se nourrit de lichens des arbres, notamment ceux du genre Parmelia. Il existe une forme claireappelée virginea Dussouchay, ou crogea Bignault, et une forme noire nommée berhameli Barbut & Duquef. Période de vol : Mai à Août. Espèce univoltine. (Guide des papillons nocturnes de France - Coordonné par R. Robineau - Delachaux et Niestlé)

lire la suite de l'article : Miltochrista miniata (Forster, 1771)
Oecophora bractella (Linnaeus, 1758)
Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 12/07/2011 Observation de Francoz Philippe - La Balme (73) - 12/06/2010

lire la suite de l'article : Oecophora bractella (Linnaeus, 1758)
Perizoma albulata (Denis & Schiffermüller, 1775)
Observation de Vogel Gérard - Pennes-le-Sec (26) - 24/05/2014 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 11/07/2011 Observation de Villatte Raymond - Grandmont (87) - 06/05/2011 Observation de Le Mao Patrick - Avérole Bessans (73) - 09/07/2010 Observation de Vogel Gérard - Brouennes (55) - 24/06/2010 Observation de M Coscoy Miguel-La Magne(73)-20/05/2009 Observation de Mr Raymond Nicolas - Vallée du Bergell au dessus de Promontogno (Suisse) - Altitude 850 m - (...)

lire la suite de l'article : Perizoma albulata (Denis & Schiffermüller, 1775)
Perizoma alchemillata (Linnaeus, 1758)
Observation de Vogel Gérard - Stenay (55) - 05/08/2013 Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 20/07/2013 Observation de Brigitte Seys - Les Salles (42) - 26/08/2012 Observation de Brigitte Seys - Carvin (59) - 20/08/2011 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 12/07/2011 Observation de Brigitte Seys - Carvin (62) - 01/08/2010 Observation de Brigitte Seys - Phalempin (59) - 09/07/2010 Observation de Francoz Philippe - Gruffy (74) - 11/08/2009 Observation de Francoz Philippe - Entremont le Vieux (73) - 13/07/2009 Observation de Buquet Christophe - Rouen (76) - (...)

lire la suite de l'article : Perizoma alchemillata (Linnaeus, 1758)
Polyphaenis sericata (Esper, 1787)
Noctuelle du camérisier
Méditerranéo-siatique. Présente en Europe, de la péninsule Ibérique au bassin de la mer Noire, à travers le sud de l’Europe centrale et le bassin méditerranéen. En France, elle est largement répandue, mais semble absente de l’extrême Nord-Est, et semble très localisée dans les zones plus fraîches à altitude modérée. Elle affectionne les milieux forestiers, les lisières et les clairières, ainsi que les ripisylves chaudes en région méditerranéenne. La chenille, polyphage, vit sur Camérisier, Troène et Cornouiller (Lonicera, Ligustrum vulgare et Cornus). Période de vol : VI-VIII. Espèce univoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau).

lire la suite de l'article : Polyphaenis sericata (Esper, 1787)
Protodeltote pygarga (Hufnagel, 1766)
Albule
Observation de West Hazel et Ron - Louvie-Juzon (64) - 30/08/2013 Observation de Brigitte Seys - Vred (59) - 08/06/2013 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 13/07/2011 Observation de Mme Blanc Josselyne - Ampuis (69) - 01/07/2011 Observation de Bluem Jean Luc - Burnhaupt-Ht (68) - 05/06/2011 Observation de Villatte Raymond - Thouron (87) - 03/06/2011 Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 21/05/2011 Observation de Mattelart Olivier - Louvain la neuve (Belgique) - 09/07/2010 Observation de Brigitte Seys - Marchiennes (59) - 02/07/2010 Observation de Le Mao (...)

lire la suite de l'article : Protodeltote pygarga (Hufnagel, 1766)
Stauropus fagi (Linnaeus, 1758)
Staurope du hêtre, Écureuil
Eurasiatique. Sa répartition s’étend du Japon à l’Europe. Presque partout en France jusqu’à 1500 m d’altitude. Sa présence est liée aux peuplements de feuillus les plus divers. Période de vol : Avril à Juillet ; (Août-Septembre). Espèce univoltine avec une seconde génération partielle. (Guide des papillons nocturnes de France - Coordonné par R. Robineau - Delachaux et Niestlé)

lire la suite de l'article : Stauropus fagi (Linnaeus, 1758)
Thera obeliscata (Hübner, 1787)
Phalène sobre
Variable mais généralement assez uniforme, les lignes transversales des antérieures peu festonnées et la bande médiane continue.Les articles des antennes du mâle possèdent des différences de forme avec les autres espèces du genre Thera, de même les genitalia présentent des différences constantes. Elle est largement répartie en France comme dans toute l’Europe. Le papillon s’observe dans les bois de résineux, en plaine comme en montagne. La chenille vit sur les Pins (Pinus sylvestris), elle hiverne. Période de vol : V-VI ; VIII-IX. Espèce bivoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Thera obeliscata (Hübner, 1787)
Cossus cossus (Linnaeus, 1758)
Cossus gâte-bois

Adulte : Ailes gris pâle, marbrées de gris sombre et de brun cannelle et finement réticulées de noir.

Chenille : atteint 10 cm. Presque glabre, très luisante, brun jaune pâle, avec le dos brun rougeâtre sombre, la tête noire et le bouclier prothoracique marqué de noirâtre.

Plante – hôte : Dans le tissu ligneux de nombreux feuillus, en particulier sur le Saule marsault, l’Osier commun, le Bouleau verruqueux, l’Aulne glutineux , le Poirier commun et le Pommier cultivé (Salix viminalis, Betula pendula, Alnus glutinosa, Pyrus communi et, Malus domestica).

Habitat : Boisement de préférence modérément humide, notamment forêts alluviales et ourlets boisés rivulaires, mais également parcs et jardins. Espèce encore commune presque partout.

Biologie : Les œufs sont déposés isolément ou par petits groupes sur l’écorce de la plante hôte, préférentiellement sur les arbres déjà occupés par d’autres chenilles de Cossus. La plupart du temps, il s’agit d’arbres dépérissant ou déjà morts sur pied. Les chenilles s’attaquent à l’écorce, au phloème, puis avec l’âge, pénètrent profondément dans l’aubier. Elles forent des galeries de section ovalaire, atteignant, à la maturité de la larve environ 2 cm de diamètre. Les chenilles matures exhalent une forte odeur d’acide pyroligneux (vinaigre de bois), qui se dégage également des arbres attaqués. Au terme de leur développement, qui dure de deux à quatre ans, les chenilles observent des comportements variés. Certaines quittent l’arbre nourricier avant l’automne, s’en éloignent pour aller creuser une loge souterraine dans laquelle elles hivernent, puis se nymphosent au printemps suivant. D’autres passent leur dernier hiver dans la galerie, n’entrant en errance de prénymphose qu’au printemps, s’enfouissant comme les précédentes pour le repos nymphal. D’autre, enfin, ne quittent jamais leur plante hôte, ménageant après l’hivernage une loge dans la partie terminale de leur galerie, sous l’orifice de sortie ; elles y tissent un cocon d’environ 6 cm de longueur, dans lequel sont incorporés des fragments ligneux. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Paléarctique. Toute l’Europe. Partout en France. Présente dans toutes les régions où les principales essences de feuillus et les arbres fruitiers existent, jusqu’à 1500m d’altitude en montagne. Chenilles xylophages se développant dans les troncs des Saules, Peupliers, Chênes, Ormes, Aulnes, Hêtres communs, Bouleau, Frênes, Tilleul, Erables, Charmes, Pommiers…Elles peuvent occasionner des dommages importants. Le cycle larvaire dure trois ans. Période de vol : VI-VIII. Espèce univoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

Mâle. Envergure : 60-75 mm. Ce papillon nocturne, très massif, aux ailes brun ferrugineux, marbré de blanchâtre et de réticulations noires (à l’aile antérieure) est caractéristique. Femelle. Envergure 75-96 mm. Aile plus ample, moins chargée de blanchâtre, abdomen très volumineux. Variation. Les sujets brun noir sont des subnigra Schultz, 1911, ceux qui tirent davantage sur le noir : f. nigra Dietze, 1919. Les exemplaires très clairs appartiennent à la f. albescens Kitt, 1925. Espèces proches. Cossus terebra (Denis & Schiffermüller), à l’aile antérieure plus élancée et à la réticulation plus élaborée. Biologie. Plantes-hôtes : divers feuillus, dont les arbres fruitiers : saules, peupliers, ormes, chênes, aulnes, hêtres, bouleaux, érables, frênes, tilleuls, noyers, pommiers, sorbiers, etc. Les chenilles se développent dans l’écorce, puis dans le bois, en deux à quatre années. Au printemps, certaines chenilles se rencontrent sur le sol à la recherche d’un nouveau tronc. Par leur action, les arbres parasités exhalent une odeur caractéristique d’acide pyroligneux. La nymphose a lieu dans la galerie larvaire ou dans le sol. Bois, vergers, jusqu’à 1500m en montagne. Vient peu à la lumière. Période d’apparition. Fin mai- juillet. Distribution. De l’Europe au Japon ; Afrique du Nord. Pratiquement toute l’Europe. En France, partout, mais se raréfie près des agglomérations. Statut. Assez commun. (NAP, Papillons de nuit d’Europe volume 1, Patrice Leraut)



lire la suite de l'article : Cossus cossus (Linnaeus, 1758)
Deilephila elpenor (Linnaeus, 1758)
Grand Sphinx de la Vigne
Longueur maximale : 80mm. Corps robuste, fortement rétréci à proximité de la tête. Tégument ocre clair, parfois vert, avec de nombreux dessins et taches d’un brun noirâtre (moins nets vert l’avant). Segments abdominaux 1 et 2 ornés chacun d’une paire de grandes taches réniformes, lilas clair et bordées de blanc et de noir. Scolus postéro-abdominal relativement petit. Tête d’un brun grisâtre foncé. Les jeunes chenilles sont vertes. (guide des Chenilles de l’Europe)

lire la suite de l'article : Deilephila elpenor (Linnaeus, 1758)
Melitaea cinxia (Linnaeus, 1758)
Mélitée du plantain

CHENILLE. Atteint 25 mm de longueur. Noire, avec des épines concolores, des rangées transversales de points blancs et la tête rouge.

HABITAT. Avant tout dans les milieux ouverts particulièrement chauds et secs, en particulier sur les pelouses calcaricoles, les prairies maigres ensoleillées, les lieux incultes et les orées forestières. Jadis l’une des Mélitées les plus banales, de nos jours en forte régression dans une grande partie de l’Europe non montagneuse. En France, en recul significatif dans la moitié nord et dans l’ouest du pays.

BIOLOGIE. L’adulte, thermophile, aime à se chauffer sur le sol nu. Les oeufs sont déposés en amas de plusieurs couches à la face inférieure des feuilles de la plante hôte. Les chenilles vivent dans un nid soyeux communautaire dans lequel elles hivernent à mi-taille. Elles se dispersent au printemps, atteignent toute leur taille en avril et se nymphosent en mai à l’abri d’un réseau soyeux lâche, à proximité du sol. La chrysalide, succincte, grise, porte de nombreuses protubérances dorsales claires. Selon les régions, l’espèce donne une ou deux générations annuelles.

(Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann - Nathan)



lire la suite de l'article : Melitaea cinxia (Linnaeus, 1758)
Arctia caja (Linnaeus, 1758)
Ecaille martre, Hérissonne
Très répandue. Grande variabilité. L’imago est visible de juin à août.

lire la suite de l'article : Arctia caja (Linnaeus, 1758)
Fabriciana adippe (Denis & Schiffermüller, 1775)
Moyen nacré
Ce papillon bien marqué peut voler vite et vigoureusement. Par temps ensoleillé, il se pose rarement, sauf pour butiner les fleurs de ronces. Le recto des ailes est brun-orange vif, avec des points et des raies noirs. Au verso, l’aile antérieure orange chamoisé est ornée avec des points noirs, tandis que la postérieure est d’un ton chamois, souvent nuancé de vert. Si l’on excepte les taches blanches bien visibles, l’aile postérieure présente aussi un arc de points marron. Le mâle est plus petit que la femelle. C’est le papillon de grande taille au vol rapide qu’on a le plus de chances de rencontrer dans les prairies d’altitude. Au nord de son domaine, cette espèce a beaucoup régressé ces dernières décennies. fréquente les bois ensoleillés et les broussailles herbues avec de grands espaces découverts et de la végétation rase, jusqu’à 2000 m d’altitude. Période de vol : Juillet-Août. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Fabriciana adippe (Denis & Schiffermüller, 1775)
Autographa gamma (Linnaeus, 1758)
Lambda, Plusie gamma, Gamma

Eurasiatique. Largement répandue en Europe. En France, cette espèce migratrice se rencontre partout. Il semble qu’elle ne soit résidente que dans les régions méridionales aux hivers doux. Elle remonte régulièrement dans le nord du pays, la majeure partie des observations s’effectuant en fin d’été avec l’arrivée de migrants. Euryèce, elle se rencontre jusque dans les villes. Il n’est pas rare de l’observer la journée dans les herbes hautes. La chenille est polyphage. Période de vol : V-IX. Espèce bivoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

Adulte : 35-40 mm d’envergure. Ailes antérieures chatoyantes, brun grisâtre clair à brun rougeâtre, variées de motifs brun-noir, avec un dessin discal argenté évoquant les lettres grecques lambda ou gamma. Ailes postérieures brun jaunâtre avec la marge nettement plus sombre. Chenille : Atteint 35 mm. Légèrement atténuée dans sa partie antérieure, ne compte que deux paires de fausses pattes (les anales non comprises). Vert pâle, avec de fines lignes dorsales claires et une ligne stigmatale blanche un peu plus épaisse. Tête généralement pourvue d’une strie noire de chaque côté. Plantes hôtes : Sur de nombreuses plantes herbacées appartenant aux familles botaniques les plus diverses, par exemple sur la luzerne cultivée (Medicago sativa), l’Ortie dioïque (Urtica dioica), le chou potager (Brassica oleracea), le Trèfle de prés (Trifolium pratensis), la Carotte sauvage (Daucus carota), la Sauge des prés (Salvia pratensis), et le Pissenlit dent-de-lion (Taraxacum officinale). Habitat : Avant tout dans les milieux ouverts, mais dans les biotopes les plus divers, y compris dans les régions de culture intensive et jusqu’au cœur des villes. Espèce très banale partout. Biologie : Le Lambda est le plus commun des papillons migrateurs fréquentant l’Europe. L’imago se montre pendant presque toute l’année, présentant un pic d’abondance vers la fin de l’été. L’espèce hiverne d’ordinairement à l’état larvaire, et sans doute occasionnellement sous forme de chrysalide ou d’imago, au moins dans les régions les plus chaudes. Dans les contrées climatiquement moins favorables, elle ne survit pas à l’hiver ; ses effectifs se reconstituent chaque année à l’occasion des flux migratoires. Durant l’été, l’espèce engendre sur place deux ou trois générations successives. L’adulte est actif de nuit comme de jour, butinant activement les fleurs, sur lesquelles il se pose brièvement, ailes entrouvertes et vibrantes, constamment prêt à l’envol immédiat. Les œufs sont déposés isolément à la face inférieure des feuilles. La chenille montre une prédilection pour les plantes cultivées, sur lesquelles elle peut parfois causer des dommages. La nymphose s’effectue dans un cocon blanchâtre. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Le lambda est l’un des plus grands insectes migrateurs de la planète. Régulièrement, il vient en grand nombre des régions chaudes, au printemps et au début de l’été, pour se reproduire au Nord de l’Europe. Cette espèce ne survit pas aux rigueurs des hivers nordiques, chenilles, chrysalides et adultes périssant de froid. Le papillon, actif de jour comme de nuit, butine diverses fleurs dont le trèfle, la bruyère, le buddleia, le cardère et la valérianne (surtout la nuit). Il est attiré par la lumière. Période de vol : Mai à Octobre. (Nature en poche - Larousse)



lire la suite de l'article : Autographa gamma (Linnaeus, 1758)
Biston betularia (Linnaeus, 1758)
Phalène du bouleau, Phalène poivrée

Adulte : Ailes particulièrement longues et étroites, blanchâtres, les antérieures pourvues le long du bord costal de courtes bandes transversales noires, et mouchetées de nombreuses taches et points noirs. Mâle pourvu d’antennes bipectinées. L’espèce produit assez fréquemment une morphe uniformément noire (f. carbonaria Jordan). Chenille : Atteint 60 mm. Verte, brun verdâtre ou brun foncé, avec un petit tubercule latéral sur chaque flanc du huitième segment. Tête brun clair, cordiforme vue de face. Plantes hôtes : Sur de nombreuses essences feuillus, entre autres sur le Chêne pédonculé (Quercus robur), Le bouleau verruqueux (Betula pendula), L’aulne glutineux (Alnus glutinosa), le Saule marsault (Salix caprea), et le Prunellier (Prunus spinosa). Habitat : Avant tout dans les forêts claires, les bétulaies, et sur les marges des tourbières. Espèce assez commune dans la plupart des régions. Biologie : L’adulte, exclusivement nocturne, vole au cours d’une unique génération annuelle. Les sujets blancs jouissent d’un parfait camouflage, posés sur le tronc des bouleaux. Ceux de la forme noire, en revanche, ne peuvent se dissimuler que sur des écorces sombres. Du fait que la forme carbonaria fut originellement découverte dans les régions industrielles de Grande Bretagne, se développa la théorie du « mélanisme industriel », selon laquelle les individus noirs, apparus par mutation, supplantaient dans les régions noircies par les fumées, leurs congénères blancs, décimés par des prédateurs faute de pouvoir se camoufler. Cette théorie a connu récemment une certaine disgrâce, dans la mesure où de tels individus mélaniques peuvent apparaître chez de nombreuses espèces dans les régions non polluées, voire devenir extrêmement communs, sans que l’on puisse invoquer à ce propos la moindre hypothèse plausible. La chenille se comporte de jour comme l’espèce précédente. La chrysalide repose dans une loge souterraine ; elle hiverne. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Gros géomètre très caractéristique. On observe assez souvent des formes sombres ou noires qui ne sont plus aujourd’hui la spécialité des zones urbanisées (f. carbonaria). Occupe toute l’Europe. Elle est très fréquente en France, dans les zones boisées de plaine comme d’altitude. Elle apprécie les endroits frais et ombragés. Les chenilles vivent au dépens de divers feuillus, (Salix, Carpinus, Betula, Alnus, Fagus, Sorbus, Prunus Acer, Cornus…). La chrysalide hiverne. Période de vol : IV-VII. Espèce univoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)



lire la suite de l'article : Biston betularia (Linnaeus, 1758)
Brintesia circe (Fabricius, 1775)
Silène
Adulte : Noir, avec une bande discale blanche fractionnée vers l’apex des ailes antérieures. Revers de l’aile postérieure comparable à celui du Sylvandre mais avec une courte fascie post-basale blanchâtre s’étendant de la côte à la cellule. Chenille atteint 35 mm. Gris brunâtre clair, avec une bande dorsale sombre nettement délimitée et des bandes latérales moins foncées. Capsule céphalique portant six bandes sombres très contrastées. Plantes hôtes : Brome dressé, Fétuque des brebis et quelques autres graminées Habitat : Pelouses sèches limitrophes de lisères forestières. Espèce méditerranéenne en extension vers le nord. Biologie : L’espèce ne donne qu’une génération annuelle ; elle visite les fleurs. Les oeufs sont dispersés en vol. La jeune chenille hiverne. La nymphose s’effectue dans une loge souterraine.(Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

lire la suite de l'article : Brintesia circe (Fabricius, 1775)
Campaea margaritata (Linnaeus, 1767)
Phaléne perlée, Celadon

Adulte : Ailes d’un vert bleuté très pâle, les antérieures avec deux lignes transversales blanches, bordées de vert olivâtre, subrectilignes et convergentes vers le bord interne, les postérieurs avec une seule ligne. Chenille : Atteint 37 mm. Brun grisâtre, Brun rouge, gris violacé ou vert olivâtre, de section semi-circukaire, avec la face dorsale convexe et la face ventrale aplatie, pourvue sur les flancs d’une frange de poils blancs et d’une paire surnuméraire de fausses pattes sous le huitième segment. Plantes hôtes : Sur de nombreuses essences feuillus, notamment sur le Hêtre commun (Fagus sylvatic), Charme commun (Carpinus betulus), Chêne pédonculé (Quercus robur), Bouleau verruqueux (Betula pendula), Saule marsault Salix caprea), ou le Prunellier Prunus spinosa). Habitat : Forêts et brousses arbustives mésophiles. Espèce assez commune presque partout. Biologie : L’espèce donne d’ordinaire deux générations. Grâce à ses franges latérales, la chenille se fond totalement sur son support. Elle hiverne et se nymphose au printemps dans un cocon souterrain. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Répandue à travers toute l’Europe jusqu’au Caucase. En France, elle est commune en plaine comme en montagne jusque vers 1500 m d’altitude. Elle affectionne les friches et les bois clairs. Les individus de la génération estivale sont plus petits. L’imago vient à la lumière mais s’observe aussi le jour. La chenille se nourrit sur de nombreux feuillus, elle hiverne. Période de vol : V-VI ; VIII-IX. Espèce bivoltine, univoltine en altitude. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)



lire la suite de l'article : Campaea margaritata (Linnaeus, 1767)
Catoptria falsella (Denis & Schiffermüller, 1775)
Crambus confus
Observation de Brigitte Seys - Chasnay (58) - 27/08/2013 Observation de Teulier Emilien - Albias (82) - 04/07/2013 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 09/07/2011 Rencontres Papillons de Poitou-Charentes - Brenne (36) - 28/08/2010 Observation de Crismer Claude - Vic le Comte (63) - 25/08/2010 Observation de M. Porteneuve Jean-Jacques - Le Nouveau Monde (43) - 19/08/2010 Observation de M. Porteneuve Jean-Jacques - Brioude (43) - 31/07/2010 Observation de Brigitte Seys - Carvin (62) - 25/07/2010 Observation de Brigitte Seys - Carvin (62) - 12/07/2009 Observation Mme (...)

lire la suite de l'article : Catoptria falsella (Denis & Schiffermüller, 1775)
Chiasmia clathrata (Linnaeus, 1758)
Géomètre à barreaux, Réseau
Variable par la coloration du fond plus ou moins jaune et par l’intensité des lignes noires. Commune dans toute la France. L’imago vole de jour dans les prairies fleuries, les friches. Se tient posé les ailes ouvertes. Les chenilles consomment diverses plantes telles que Genêt à balais, Genêt sagitté, Trèfle, Vesce à épis, Caille-lait blanc. La chrysalide hiverne. Période de vol : Avril-Mai et Juillet-Août. Espèce bivoltine. (Guide des papillons nocturnes de France)

lire la suite de l'article : Chiasmia clathrata (Linnaeus, 1758)
Crocallis elinguaria (Linnaeus, 1758)
Phalène de la mancienne, Crocalle aglosse
Présente une bande médiane avec un point cellulaire bien marqué. Elle est répandue depuis le Maroc jusqu’au Kazakhstan en passant à travers l’Europe. Elle est présente partout en France. Ses habitats sont variés notamment les bois clairs, les jardins jusque vers 1600 m d’altitude. La chenille, qui ressemble parfaitement à une brindille, vit sur de nombreux arbres et arbustes tels que Salix, Betula, Fagus, Rubus, Rosa, Syringa, etc. Hiverne au stade de l’oeuf. Période de vol : VII-VIII. Espèce univoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Crocallis elinguaria (Linnaeus, 1758)
Dipleurina lacustrata (Panzer, 1804)
Scoparie de la tortule
Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 12/07/2011 Observation de Vogel Gérard - Han-les-Juvigny (55) - 24/06/2011 Observation de M. Porteneuve Jean-Jacques - Brioude (43) - 03/07/2010 Observations de M. Porteneuve Jean-Jacques - Brioude (43) - 10/07/2009 Observation de Villatte Raymond - Thouron (87) - 28/06/2009 Observation de Trotignon Paul - Saint-Denis du Payré (85) - 14/06/2009 Observation de M. Porteneuve Jean-Jacques - Brioude (43) - 15/06/2008 Observations de M. Porteneuve Jean-Jacques - Brioude (43) - 30/05/2008 Observation de Mme Blanc Josselyne – Savas (07) – (...)

lire la suite de l'article : Dipleurina lacustrata (Panzer, 1804)
Eilema lurideola (Zincken, 1817)
Lithosie plombée

Le papillon se pose avec ses longues ailes antérieures étroites à plat sur l’abdomen. En vol, il apparaît bien plus grand, grâce à ses larges ailes postérieures jaunâtres. Il vole à la tombée de la nuit et butine sur les fleurs de cirse, de chardon ou de clématite. La chenille se nourrit de lichen. Se rencontre dans les haies, les jardins, les bois clairs où des troncs portent le lichen nourricier. Période de vol : Juillet-Août (Larousse nature en poche)

En France, elle est largement répandue sur tout le territoire. Elle vole dans les forêts de feuillus ou mixtes jusqu’à 2000 m d’altitude. L’activité des imagos est diurne et nocturne. La chenille vit aux dépens de lichens divers. Période de vol : Juin à Août. Espèce univoltine. (Guide des papillons nocturnes de France)



lire la suite de l'article : Eilema lurideola (Zincken, 1817)
Ematurga atomaria (Linnaeus, 1758)
Phalène picotée, Rayure jaune picotée

Adulte : Mâle jaune ochracé réhaussé de larges bandes transversales brunes, avec les antennes bipectinées. Femelle Blanc-jaunâtre avec les bandes brun-noir et les antennes filiformes. Ailes finement striolées de sombre dans les deux sexes Chenille : atteint 30 mm. Verte ou brun-grisâtre, souvent avec des motifs dorsaux clairs et une bande latérale caténaire sombre Plantes hôtes : Bruyère commune (Calluna vulgaris),Centaurée jacée (Centaurea jacea), Genêt des teinturiers (Genista tinctoria), Piment royal (ou Cirier, Myrica gale), et diverses autres plantes herbacées et arbustives. Habitat : Landes pelouses maigres, marécages et tourbières, prairies sylvatiques. Espèce largement répandue et commune presque partout. Biologie : L’espèce donne une ou deux générations selon les régions. L’adulte de mœurs diurnes, est très actif par temps ensoleillé. La chrysalide repose dans une logette souterraine, elle hiverne. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

En France, elle est commune partout, en plaine comme en montagne. Vole dans la journée dans tous les milieux ouverts et secs. Elle atteint de hautes altitudes. Les chenilles consomment de nombreuses plantes basses telles que Genêt, Lotier, Coronille... Hiverne au stade de la chrysalide. Période de vol : Avril-Mai et Août-Septembre. Espèce bivoltine. (Guide des papillons nocturnes de France)



lire la suite de l'article : Ematurga atomaria (Linnaeus, 1758)
Endotricha flammealis (Denis & Schiffermüller, 1775)
Pyrale flammée
Observation Porteneuve Jean-Jacques - Lunel-Viel (34) - 18 et 25/07/2013 Observation de Mme Blanc Josselyne – Savas (07) – 04/08/2013 Observation de Mme Blanc Josselyne – Savas (07) – 15/07/2013 Observation de Mme Blanc Josselyne – Savas (07) – 10/08/2012 Observation de Mme Blanc Josselyne – Savas (07) – 16/08/2011 Observation de Jean-Claude Jamoulle - Mougins (06) - 16/07/2011 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 14/07/2011 Observation de Mme Blanc Josselyne – Ampuis (69) - 01/07/2011 Observation de Brigitte Seys - Sec Marais (59) - 27/06/2011 Observation de Mme Blanc (...)

lire la suite de l'article : Endotricha flammealis (Denis & Schiffermüller, 1775)
Erebia manto (Denis & Schiffermüller, 1775)
Observation de Biard Patrick - monts du Cantal (15) - 11/07/2011 Observation de Mr Le Mao Patrick - Alpages du Margeriaz Aillon-le-Jeune (73) - 29/07/2008 Observation de Mr Mulot Florent - La Tour d’Auvergne (63) - 05/08/2008

lire la suite de l'article : Erebia manto (Denis & Schiffermüller, 1775)
Erebia meolans (Prunner, 1798)
Moiré des fétuques
La bande orange roussâtre, qui se détache nettement du fond brun foncé au verso de l’aile antérieure, est caractéristique. Deux ocelles accolés pupillés de blanc et un plus petit isolé ressortent sur cette bande. Le verso de l’aile postérieure est brun foncé avec de petits ocelles estompés. Peuple les escarpements et les alpages entre 1 000 et 2 000 m. Envergure : 5 cm. Période de vol : Juin-Juillet. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Erebia meolans (Prunner, 1798)
Erynnis tages (Linnaeus, 1758)
Point-de-Hongrie
Si ce papillon peut paraître terne, avec un recto brun foncé uniforme et un verso brun clair, l’ensemble est original et peu de papillons risquent d’être confondus avec lui. Il faut par ailleurs savoir que son vol battu et son aspect sombre lui donne l’aspect d’un papillon de nuit, notamment d’une petite noctuelle. Se rencontre dans les prairies fleuries, souvent sur le sol calcaire, de la plaine à environ 2000 m. Période de vol : Mai à Août. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Erynnis tages (Linnaeus, 1758)
Eudonia mercurella (Linnaeus, 1758)
Observation Porteneuve Jean-Jacques - Lunel-Viel (34) - 03/08/2013 Observation de Teulier Emilien - Albias (82) - 12/07/2013 Observation de M. Laprat Michel - Epinay sur Orge (91) - 27/07/2012 Observation de Brigitte Seys - Carvin (62) - 26/06/2011 Observation de M. Porteneuve Jean-Jacques - Brioude (43) - 08/10/2010 Observation de Brigitte Seys et Denis Vandromme - Brenne (36) - 05/09/2010 Observation de Ygnard Jean - Champigny (89) - 12/07/2010 Observation de M. Porteneuve Jean-Jacques - Brioude (43) - 09/07/2010 Observation de Brigitte Seys - Marchiennes (59) - 02/07/2010 (...)

lire la suite de l'article : Eudonia mercurella (Linnaeus, 1758)
Hesperia comma (Linnaeus, 1758)
Virgule, Comma
Graminées
Observation Porteneuve Jean-Jacques - Cazevieille (34) - 23/08/2013 Observation Bahuaud François - Alpe-d’Huez (38) - 01/09/2011 Observation de Biard Patrick - Pleaux (15) - 12/07/2011 Observation de Laprat Michel - Digne (04) - 07/08/2010 Observation de Vogel Gérard - Dompcevrin (55) - 22/08/2009 Observation de M. Teulier Emilien - Saint-Antonin Noble Val (82) - 02/08/2009 Observation de Nathalie Vansieleghem - Vercors (26) - 31/08/2008 Observation de Mr Mulot Patrick - Gigondas (84) - 17/08/2008 Observation de Mr Cazaux Henri - Sallent de Callego (Huesca) - 07/09/2007 (...)

lire la suite de l'article : Hesperia comma (Linnaeus, 1758)
Hipparchia fagi (Scopoli, 1763)
Sylvandre
En dépit de sa grande taille, le sylvandre peut être difficile à repérer au repos, le verso de ses ailes postérieures offrant un excellent camouflage sur son support. Le recto brun fuligineux présente une large bande claire qui traverse chaque aile. Chez le mâle, cette bande est diffuse et dotée d’un unique ocelle ; celle de la femelle est claire, avec deux ocelles. Vit dans les bois clairs et autres lieux ensoleillés arborés, surtout à faible altitude. Vol : Juillet-août. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Hipparchia fagi (Scopoli, 1763)
Hipparchia semele (Linnaeus, 1758)
Agreste
Ce papillon heliophile se pose d’ordinaire sur le sol ou sur les rochers. Bénéficiant d’une ornementation accentuée, avec ses deux ocelles sur l’aile antérieure, il n’en est pas moins difficile à repérer au repos, les ailes étant orientées de manière à éviter de créer la moindre ombre. Les ailes antérieures sont par ailleurs dissimulées sous les postérieures et, sauf quand le papillon est inquiété, prifitent de la livrée cryptique de celui-ci. Le recto des ailes n’est presque jamais dévoilé à l’observateur. Affectionne les lieux secs ensoleillés : landes, escarpements rocheux, falaises, de la plaine à la moyenne montagne. Période de vol : Juin à Août. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Hipparchia semele (Linnaeus, 1758)
Hypsopygia costalis (Fabricius, 1775)
Pyrale du fourrage
Observation de Teulier Emilien - Albias (82) - 04/09/2013 Observation de Brigitte Seys - Chasnay (58) - 30/08/2013 Observation Mme Blanc Josselyne - Savas (07) - 04/08/2013 Observation Porteneuve Jean-Jacques - Lunel-Viel (34) - 09/10/2012 Observation de Villatte Raymond - Pleaux (15) - 12/07/2011 Observation Mme Blanc Josselyne - Ampuis (69) - 01/07/2011 Observation Mme Blanc Josselyne - Tupin et Semmons (île de la chèvre) (69) - 02/06/2011 Observation Mme Blanc Josselyne - Savas (07) - 18/05/2011 Observation de Brigitte Seys - Brenne (36) - 29/08/2010 Observation de M. Porteneuve (...)

lire la suite de l'article : Hypsopygia costalis (Fabricius, 1775)
Idaea vulpinaria (Herrich-Schäffer, 1851)
Phalène rustique

Autre nom : Idaea rusticata

Présente dans presque toute la France. Elle est commune dans les lieux ouverts, friches et jardins bien exposés. Sa biologie est mal connue ; il semble que la chenille soit polyphage et se nourrisse aux dépens d’Arbres fruitiers, de Clématites, de Séneçon... Période de vol : Juin à Août. Espèce univoltine. (Guide des papillons nocturnes de France - Coordonné par R. Robineau - Delachaux et Niestlé)



lire la suite de l'article : Idaea vulpinaria (Herrich-Schäffer, 1851)
Ligdia adustata (Denis & Schiffermüller, 1775)
Phalène du fusain
Occupe toute l’Europe de la Méditerranée au Caucase. Elle est répandue dans de nombreux habitats tels que les lisières, les coteaux secs, les friches arbustives, les parcs et jardins. Les chenilles se nourrissent sur Fusain d’Europe (Evonymus vulgaris). La chrysalide hiverne. Période de vol : IV-V ; VII-VIII. Espèce bivoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Ligdia adustata (Denis & Schiffermüller, 1775)
Lithosia quadra (Linnaeus, 1758)
Lithosie quadrille, Jaune à quatre points

Adulte : Présente un fort dimorphisme sexuel. Mâle avec les ailes antérieures grises, teintées de jaune à la base, et ourlées de noir bleuté à la naissance du bord costal. Femelle avec les ailes antérieures jaunes à blanc jaunâtre, ornées de deux gros points noir bleuâtre. Chenille : Atteint 28 mm. Gris noirâtre, marbré de plus clair, avec le dos blanchâtre, parcouru d’étroites lignes longitudinales grises, pourvu de grosses verrues punctiformes rouges et marqué d’une tache sombre, arrondie, sur chacun des segments 3, 7 et 11. Plantes hôtes : Sur la Xanthorie des murailles (Xanthoria parietina) et divers autres lichens. Habitat : Dans les endroits boisés, plus rarement dans les milieux ouverts. Espèce largement répandue, mais généralement peu commune. Biologie : L’adulte, de moeurs nocturnes, vole au cours d’une unique génération. Les œufs sont déposés par groupes de vingt à cinquante unités à la face inférieure des feuilles. La chenille vit aux dépens des lichens sur les feuillus ou les résineux ; mature, elle se nourrit également de feuilles. Elle hiverne, longue de 4 à 5 mm, à l’abri de l’écorce, où se déroule ultérieurement la nymphose, dans un cocon lâche. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Eurasiatique. Elle possède une vaste répartition allant de la péninsule Ibérique à l’Asie orientale. En France, elle est répandue sur tout le territoire, Corse comprise. Vole dans tous les milieux et n’est pas rare en ville. La chenille se nourrit des lichens des arbres, puis, après avoir hiverné, en attaque les feuilles. Dimorphisme sexuel important. Vol : VI-IX. Espèce univoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

Mâle. Envergure : 35-43 mm. Aile antérieure jaune orangé à la base, avec une ombre noire à la côte, gris-beige clair dans l’aire médiane, gris brunâtre clair dans le tiers distal. Postérieure jaune clair, assombrie à la côte. Abdomen orange. Femelle. Envergure : 35-62 mm. Aile antérieure d’un beau jaune citron, plus ou moins pâle, avec un gros point noir à la côte et un plus petit (parfois aussi gros) vers le bord interne, les deux dans l’aire médiane. Postérieure jaune clair. Variation. Mâle : aire discale non assombrie : f. luteomarginata Lambillion, 1906. Aile antérieure envahit de gris noirâtre, sur près du tiers de sa longueur : f. seminigra Dufay, 1954. Femelle : aile antérieure avec un seul point noir : f.unipunctata Spuler, 1910 ; sans points noirs distincts : f. impuctata Spuler, 1910 ; points noirs réunis en une ligne transversale : f. confluens Dumont, 1903. Espèce proche : aucune. Biologie. Chenille sur lichens (dont Peltigera canina) des troncs et des branches de chênes et autres arbres. Lieux boisés et leurs abords immédiats. Jusqu’en moyenne montagne où il peut abonder. Période d’apparition. Fin juin-août. Distribution. De l’Europe au Japon. En Europe, de l’Irlande et de l’Angleterre (où il est migrateur) aux Balkans. En France partout, mais s’est raréfié près des villes ; présent en Corse. Statut. Assez commun (abondant parfois localement). (NAP, Papillons de nuit d’Europe volume 1, Patrice Leraut)



lire la suite de l'article : Lithosia quadra (Linnaeus, 1758)
Heodes virgaureae (Linnaeus, 1758)
Cuivré de la verge d’or
Ce remarquable papillon se réchauffe souvent au soleil les ailes ouvertes, ce qui permet de bien l’observer. Chez le mâle, le recto est orange luisant avec une marge noire tranchée ; les formes méridionales sont ornées de quelques points noirs. Chez la femelle, le recto est orange-brun et brun foncé. Le verso des deux sexes est chamois orangé sur l’aile antérieure et chamois grisâtre sur les ailes postérieures. Affectionne les lieux herbus fleuris. Surtout en région vallonnée jusqu’à 2000 m et également près des côtes. Envergure : 3-4 cm. Période de vol : Juillet-Août. Plantes-hôtes : différentes variétés d’oseilles (Rumex). (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Heodes virgaureae (Linnaeus, 1758)
Lythria cruentaria (Hufnagel, 1767)
Ensanglantée de l’oseille
Les bandes violet-rose (très large chez la génération vernale f.vernalis) de cette espèce atteignent le bord interne des ailes antérieures. Le fond des ailes est plus jaune que chez L. purpuraria. Elle est répandue dans toute la France, plus souvent liée aux substrats sédimentaires. Le papillon aime les terrains sablonneux bien exposés. Son activité est diurne et il ne vient pas à la lumière. La chenille se nourrit sur Rumex acetosella. Période de vol : IV-V ; VI-IX. Espèce bivoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Lythria cruentaria (Hufnagel, 1767)
Macaria alternata (Denis & Schiffermüller, 1775)
Philobie alternée
Proche de M. notata mais plus grise, elle s’en différencie par une échancrure sous apicale plus profonde et plus noire, par quatre taches noires discale au lieu de cinq, et par les lignes transversales plus apparentes. Largement répandue en Europe, de l’Espagne au cercle polaire. Elle est présente dans toute la France, aussi bien en plaine qu’en montagne. Elle fréquente les forêts mixtes ou les sapinières au couvert végétal important, les bords de cours d’eau, les pelouses sèches, les éboulis, les jardins...Plus répandue en moyenne montagne, elle vole facilement en journée lorsqu’elle est dérangée. La chenille vit sur diverses essences : (Salix, Alnus, Quercus, Prunus spinosa, Frangula). La chrysalide hiverne. Période de vol : V-VI ; VIII en plaine, VII en montagne. Espèce univoltine ou bivoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Macaria alternata (Denis & Schiffermüller, 1775)
Macroglossum stellatarum (Linnaeus, 1758)
Moro-sphinx, Sphinx du caille-lait, Oiseau-mouche
Ce papillon à vol diurne, relativement petit pour un sphingidae, ressemble à un oiseau-mouche lorsqu’il fait du sur place devant les fleurs pour butiner. Originaire du sud de l’Europe, il s’y reproduit toute l’année et migre plus ou moins vers le nord chaque année, parfois jusqu’en Suède. (Nature en poche - Larousse) Vol : surtout d’Avril à Novembre.

lire la suite de l'article : Macroglossum stellatarum (Linnaeus, 1758)
Malacosoma neustria (Linnaeus, 1758)
Livrée des arbres, Bombyx à livrée, Bombyx à bagues

Partout en France. Fréquente les bois et les forêts de feuillus, les parcs arborés, les vergers au dessous de 1500 m d’altitude. Nombreuses variations individuelles et géographiques portant essentiellement sur la taille et la coloration. Dimorphisme sexuel accusé. Vol : de Juin à Septembre. (Guide des papillons nocturnes de France)

Adulte : Coloration assez variable, le plus souvent beige ochracé pâle ou brun rougeâtre mêlé de jaune. Ailes antérieures traversées par une large bande soit concolore, soit plus claire ou plus foncée, limitée par deux lignes de teinte opposée. Mâle pourvu d’antennes fortement bipectinées, en général nettement plus petit que la femelle.

Chenille atteint 60mm. Bariolée, d’un bleu roi franc, ornée de lignes et d’étroites bandes longitudinales noires et roux ferrugineux et d’une ligne dorsale blanche. Capsule céphalique bleue, avec deux taches noires ovalaires.

Plantes hôtes : essences feuillues très variées : avant tout prunellier (Prunus spinosa), mais aussi saule marsault, charme commun, chêne pédonculé, poirier commun, pommier cultivé et aubépine à un style, entre autres.

Habitat : Bois clairsemé, broussailles, pays de bocages, vergers, bord des routes boisés ; encore largement répandu mais moins banal que jadis.

Biologie : Le Bombyx à bagues comptait autrefois parmi les ravageurs redoutés des vergers, il s’est à tel point raréfié durant ces dernières décennies qu’il ne peut plus guère être considéré comme une espèce dommageable aux cultures. La femelle pond ses oeufs en << bagues >> d’environ 1 cm de largeur, formées de spirales très régulières et étroitement accolées, sur les fins rameaux de la plante hôte. Les oeufs hivernent, ne libérant les chenilles qu’au printemps suivant. Celles-ci vivent dans une toile communautaire qu’elles regagnent après chaque prise de nourriture, ainsi qu’à l’occasion des mues. Les faux yeux ornant la tête de la chenille lui confèrent un aspect un peu inquiétant. Ils n’ont rien à voir avec les organes de la vision, minuscules, situés à la base de la tête. Avant de se nymphoser, les chenilles tissent entre les feuilles un cocon ovoïde, blanchâtre, imprégné d’une sécrétion jaune soufré. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)



lire la suite de l'article : Malacosoma neustria (Linnaeus, 1758)
Ochlodes venatus (Bremer & Grey, 1853)
Sylvaine
28-34 mm. Aile antérieure : marque androconiale très visible chez le mâle absente chez la femelle. Commun dans les champs, les collines crayeuses et en bordure de forêt, présent parfois sur les côtes. Très actif, s’attarde rarement sur une fleur. Vol de juin à août. génération : 1 (2 au sud)

lire la suite de l'article : Ochlodes venatus (Bremer & Grey, 1853)
Parasemia plantaginis (Linnaeus, 1758)
Observation de Villatte Raymond - monts du Cantal (15) - 11/07/2011 Observation de Montenot Jean-Pierre - Ancelle (05) - 01/07/2011 Observation de Montenot Jean-Pierre - Champoléon (05) - 25/06/2009 Observation de Mr Billard Michel - Pralognan Lac Blanc 2432 m (73) - 13/08/2008 Observation de Philippe Toussaint - Lamorteau (Belgique) - 30/05/2008 Observation de Mr Le Mao Patrick - La Tougne/Champagny-en-Vanoise (73) - 19/07/2007 Observation de Eymeric Barthelat - Tence (43) - 14/06/2007 Observation de Francoz Philippe - Le Perier (38) - 08/08/2006 Observation de Vogel Gerard - (...)

lire la suite de l'article : Parasemia plantaginis (Linnaeus, 1758)
Pleuroptya ruralis (Scopoli, 1763)
Pyrale du houblon
Cette pyrale de grande taille est plus grande que certaines "macro" hétérocères. Les ailes ont un joli reflet nacré. Bien qu’elle vole surtout la nuit, on peut la surprendre sur les orties durant la journée, d’où elle s’envole brusquement vers un nouveau refuge. Recherche les lieux où croissent l’ortie et le houblon, friches, jardins et bois humides. Vol : de Juin à Août.(Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Pleuroptya ruralis (Scopoli, 1763)
Pyrgus armoricanus (Oberthür, 1910)
Hespérie des potentilles
Cette espèce aux dessins nets est, quoique plus grande, semblable à l’hespérie de la mauve. Les points blancs du recto des ailes sont vifs, mais plus petits et moins intenses que ceux des espèces proches. L’intensité et la densité des points sont identiques sur les deux ailes, ce qui permet de distinguer cette espèce du plain-chant. Apprécie les vallons ensoleillés et les prés herbus, à moins de 1500 m. Envergure : 3 cm. Vol : Mai à Août, en deux générations. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Pyrgus armoricanus (Oberthür, 1910)
Selenia lunularia (Hübner, 1788)
Ennomos lunaire, Croissant
Proche de Selenia dentaria dont elle diffère par la présence d’une lunule sur l’aile antérieure et par le bord de la postérieure plus festonné. Les spécimens de la seconde génération sont plus petits et plus pâles. Répandue depuis le Maroc jusqu’à l’Oural en passant par l’Europe, puis en Asie centrale. Elle est présente un peu partout en France. Affectionne les zones boisées de plaine et de moyenne montagne. Les chenilles se nourrissent sur fagus sylvatica, Prunus spinosa, Vaccinium, Tilia. La chrysalide hiverne. Période de vol : V-VI ; VIII-IX. Espèce bivoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Selenia lunularia (Hübner, 1788)
Synaphe punctalis (Fabricius, 1775)
Envergure : 22-27 mm. Fréquente les milieux ouverts. L’imago est visible en VI-VIII. Chenille dans un fourreau de soie sur Globularia punctata et diverses mousses. Elle forme de nombreuses galeries de mousses sous les feuilles. Papillon très variable. (Nouveau Catalogue des Lépidoptères des Deux-Sèvres - Guyonnet Antoine, Lemoine Christian, Thibaudeau Norbert).

lire la suite de l'article : Synaphe punctalis (Fabricius, 1775)
Thymelicus sylvestris (Poda, 1761)
Hespérie de la Houque, Bande noire
26-30 mm. Commun dans les prairies fleuries et les collines jusqu’à 1800 m. Vol de juin à août. Vol rapide caractéristique des Hespéries, se posant souvent sur le sol, ailes postérieures ouvertes, ailes antérieures redressées. Massues antennaires brun-orange. Vol : Mai à Septembre

lire la suite de l'article : Thymelicus sylvestris (Poda, 1761)
Watsonalla binaria (Hufnagel, 1767)
Hameçon, Binaire
Eurasiatique. Europe moyenne et méditerranéenne, sauf le Portugal. Partout en France. Affectionne les bois clairs, bien exposés, plantés de chênes (Qercus robur notamment) et de bouleaux Betula sur lesquels se développent les chenilles. Période de vol : Avril à Septembre. Espèce bivoltine. (Guide des papillons nocturnes de France - Coordonné par R. Robineau - Delachaux et Niestlé)

lire la suite de l'article : Watsonalla binaria (Hufnagel, 1767)
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/