Objets associés au mot-clé : Chassaing Pascale
Articles associés
Zygaena filipendulae (Linnaeus, 1758)
Zygène de la filipendule, Zygène de la spirée

Avertissement concernant cette espèce : la détermination certaine passe par l’étude des genitalias. Il ne s’agit donc que de propositions d’identifications.

Vol diurne. Trois paires de taches rouges sur un fond irisé noir verdâtre ou vert bleuâtre. Les ailes postérieures sont du même rouge cramoisi. Toutes les espèces de zygènes ont une livrée aposématique qui prévient de leur toxicité (ils contiennent du cyanure). Exceptionnellement, le rouge des ailes est remplacé par du jaune. Peuple les prairies, les lisières, les friches, de la plaine à la montagne, où les fleurs abondent. (Nature en poche - Larousse)

PLANTES HÔTES. Essentiellement le Lotier corniculé, plus rarement le Lotier des marais, mais aussi les Spirées, et dans la région méditerranéenne, les Badasses.

HABITAT. À l’encontre de la plupart des autres Zygènes, la Zygène de la Filipendule fréquente une grande variété de milieux : pelouses sèches, milieux rudéraux, gravières, prairies de fauche, prairies humides, alpages jusqu’à 2500 m d’altitude. En fonction de ses faibles exigences écologiques, c’est presque partout l’espèce la plus commune du genre.

BIOLOGIE. La femelle dépose ses oeufs en petits amas sur les feuilles de divers végétaux, mais pas nécessairement sur celle des plantes hôtes. La nymphose a lieu, comme chez la plupart des autres espèces du genre Zygaena, dans un cocon fusiforme de consistance parcheminée. Celui de la Zygène de la filipendule porte des sillons longitudinaux, et présente en général deux couleurs bien tranchées : jaune ochracé dans sa moitié antérieure, blanchâtre dans sa moitié postérieure. Peu avant l’émergence, la chrysalide, d’un noir brillant, s’extrait elle-même partiellement du cocon, puis libère l’imago. Celui-ci se montre principalement de la fin de juillet à la mi-août, mais la période de vol s’étale en fait de mai jusqu’en septembre. Plutôt que le succession de deux générations, ce phénomène suggère l’existence de deux ou trois lignées génétiques plus ou moins isolées, caractérisées par leur phénologie différente.

(Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann - Nathan)



lire la suite de l'article : Zygaena filipendulae (Linnaeus, 1758)
Parnassius apollo (Linnaeus, 1758)
Observation de Nathalie Vansieleghem - Vercors (26) - 03/06/2011 Observation de Laxenaire Roger - Digne les bains (04) - 25/09/2010 Observation de Laxenaire Roger - Digne les bains (04) - 21/08/2010 Observation de Villetorte Alain - Arith (73) Lac Mariet - 25/07/2010 Observations de M.Villetorte Alain - Vassieux-en-Vercors (26) - 31/07/2009 (Variation nevadensis) Observation de Coscoy Miguel - La Magne (73) - 29/07/2009 Observation de Merlen Dominique - réseve de Tuéda (73) - 14/07/2009 Observation de Vogel Gérard - Champagny-en-Vanoise (73) 07/07/2009 Observation de Chassaing (...)

lire la suite de l'article : Parnassius apollo (Linnaeus, 1758)
Didymaeformia didyma (Esper, 1778)
Mélitée orangée

Cette belle espèce est fort variable, avec un dimorphisme sexuel et saisonnier, et des variations géographiques. Toutefois, la plupart des mâles sont bien caractérisés par leur recto orange vif, comme celui d’un Robert le diable frais éclos, orné par ailleurs de taches bien différentes. Cependant, l’étendue des points noirs et l’intensité du fond varient au sein du domaine du papillon et, à un degré moindre, selon la génération. Le recto de la femelle est globalement plus gris, au point que parfois certaines formes évoquent une espèce différente. Se rencontre dans des biotopes herbus fleuris, prairies de plaine, bord des talus, et jusqu’à 2000 m en montagne. Vol : Mai à Août, en plusieurs générations. (Nature en poche - Larousse)

Adulte : Mâle : Fauve orangée vif à fauve rougeâtre, avec des rangées transversales de taches quadrangulaires noires. Femelle : très variable, avec les ailes antérieures souvent envahies de crème ou suffusées de gris verdâtre ; même motifs que chez le mâle. Revers des ailes postérieures crème dans les deux sexes, avec deux bandes transversales fauve orangé vif, ainsi que des rangées de lunules de traits et de points noirs. Plante – hôte : Molène farineuse, Linaire, Plantain lancéolé, Epiaire droite, Véronique d’Autriche, et diverses autres plantes herbacées Chenille : Atteint 28 mm. Blanche avec de fines lignes sombres et des épines blanches ; deux rangées dorsales de taches orangées supportant chacune une épine concolore à pointe blanche. Habitat : Milieux ouverts, chauds et secs. Abondante dans le sud de la France, mais en forte régression dans la moitié nord où elle a disparu de maintes régions… Biologie : L’espèce donne 1 à 3 générations. Les œufs sont généralement déposés par petits groupes à la face inférieure des feuilles de la plante nourricière. Les chenilles vivent isolément dès la naissance, longues de 10 mm avant l’hivernage, elles s’abritent volontiers dans les capsules fructifères vides de diverses plantes herbacées, par exemple dans celles des primevères. La nymphose se déroule en juin sur une tige sèche. La chrysalide, succincte, est ornée des mêmes motifs bariolés que la chenille. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)



lire la suite de l'article : Didymaeformia didyma (Esper, 1778)
Zygaena carniolica (Scopoli, 1763)
Avertissement concernant cette espèce : la détermination certaine passe par l’étude des genitalias. Il ne s’agit donc que de propositions d’identifications.

lire la suite de l'article : Zygaena carniolica (Scopoli, 1763)
Agrochola helvola (Linnaeus, 1758)
Dorée, Xanthie rufine
Eurasiatique. Répandue dans toute l’Europe, excepté l’extrême Nord. En France, on la rencontre un peu partout. Thermophile, elle fréquente tous les milieux ouverts : prairies, pelouses sèches en coteaux, landes toujours bien exposées. La chenille vit sur de nombreux arbres et arbustes, la fin du cycle larvaire s’effectuant souvent sur des plantes bases basses. Période de vol IX-XI. Espèce univoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Agrochola helvola (Linnaeus, 1758)
Agrochola macilenta (Hübner, 1809)
Xanthie noisette

Méditerranéo-asiatique. Présente dans toute l’Europe tempérée. En France, elle est partout sauf en Corse. À tendance thermophile, elle fréquente les milieux forestiers peu denses, y compris en zone urbanisée.

La chenille est nettement polyphage.

Période de vol : IX-XI. Espèce univoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)



lire la suite de l'article : Agrochola macilenta (Hübner, 1809)
Polyommatus damon (Denis & Schiffermüller, 1775)
Observation Bahuaud François - Clavans-en-Haut-Oisans (38) - 05/09/2011 Observation de Gérard Vogel Pralognan-la-Vanoise (73) - 07/07/2011 Observation de Mr Chaverot Patrice - Aussois (73) - 12/08/2009 Observation de Gueguen Fabrice - Feissons sur Salins (73) - 06/08/2009 Observation de Chassaing Pascale - Le Perier (38) - 03/07/2009 Observation de Mr Le Mao Patrick Rocher - Roux Saint-Martin-de-Belleville (73) - 21/07/2008 Observation de Mr Le Mao Patrick - Les Planes/Pralognan-la-Vanoise (73) - 26/07/2006 4 spécimens avec un Polyommatus sp.
Observation de Mr Le Mao Patrick - La (...)

lire la suite de l'article : Polyommatus damon (Denis & Schiffermüller, 1775)
Ammoconia caecimacula (Denis & Schiffermüller, 1775)
Tache effacée, Noctuelle aveugle
Eurasiatique. Présente presque partout en Europe, sauf dans le grand nord scandinave, le sud de la péninsule Ibérique, en Grande Bretagne et en Irlande. En France, elle semble absente du nord et du Nord-Ouest, au-delà de la région parisienne. Thermophile, et généralement calcicole, elle fréquente les zones ouvertes dans un contexte forestier peu dense. La chenille se développe sur (Galium, Taraxacum, Rumex, Silène) et de nombreuses autres plantes bases basses. Période de vol IX-XI. Espèce univoltine. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Ammoconia caecimacula (Denis & Schiffermüller, 1775)
Antitype chi (Linnaeus, 1758)
Chi, Glouterone
Eurasiatique. Présente dans toute l’Europe, excepté le sud-ouest de la péninsule Ibérique et l’extrême Nord. En France, elle est largement répandue. Discrète, elle affectionne les milieux ouverts légèrement humides et les prairies non pâturées jusqu’à 2000 m d’altitude. La chenille se nourrit de nombreuses plantes basses, dont Melampyrum, Lactuca, Rumex. Période de vol : Août à Novembre. espèce univoltine. (Guide des papillons nocturnes de France - Coordonné par R. Robineau - Delachaux et Niestlé)

lire la suite de l'article : Antitype chi (Linnaeus, 1758)
Hyphoraia testudinaria (Fourcroy, 1785)
Ecaille civique, Ecaille des steppes

Atlanto-méditerranéenne. Localisée à l’Europe, des Pyrénées à l’Italie, en passant par le Sud et le Centre de la france. Elle se rencontre aussi bien dans des milieux thermophiles qu’hygrophiles. Vole essentiellement en fin de nuit, jusqu’à l’aube. La chenille vit sur diverses plantes basses. Vol : V-VI. Espèce univoltine très proche de H. aulica. (Delachaux et niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

Mâle. Envergure : 30-35 mm. Aile antérieure brun-roux, assez vif à marron, avec des macules jaunâtre clair, réunies en bandes au bord interne. Postérieure jaune, souvent largement lavée de rose vif, bande transversale antémédiane, tache discale et marge (fragmentée) noires. Femelle. Envergure : 33-42 mm. Semblable au mâle. Variation. L’aile postérieure peut être dépourvue de rose : f. crocea Schultz, 1908. Macules de l’aile antérieure réduites : f. perilypa Schawerda, 1927. Espèce proche : H. aulica (Linnaeus), aux dessins réduits à l’aile antérieure, à l’aile postérieure davantage marquée de noir, et aux genitalia distincts. Biologie. Chenille polyphage sur plantes basses. Jusqu’à 2000 m en montagne. Période d’apparition. Mai-juillet Distribution. Europe occidentale, du nord de l4espagne à la péninsule Italienne. Récemment signalé d’Angleterre (West Sussex, mai 2005), Devon, juin 2006. En France, des environs de Paris aux Alpes-Maritimes ; absent de Corse. Statut. Localisé, régresse dans l’aire septentrionale de son domaine. (NAP, Papillons de nuit d’Europe volume 1, Patrice Leraut)



lire la suite de l'article : Hyphoraia testudinaria (Fourcroy, 1785)
Lasiommata maera (Linnaeus, 1758)
Némusien, Ariane
Cette espèce varie au sein de son domaine étendu. L’orange du recto de l’aile antérieure est plus foncé dans les formes méridionales. Un unique ocelle à l’aile antérieure et deux ou trois à l’aile postérieure sont le caractère constant de toutes les formes. Le verso de l’aile antérieure de tous les individus est orange, celui de l’aile postérieure marbré de gris-brun. Se rencontre dans les friches rocheuses, du niveau de la mer à 2000 m. Période de vol : Juin à Août. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Lasiommata maera (Linnaeus, 1758)
Maculinea arion (Linnaeus, 1758)
Azuré du serpolet
C’est l’une de nos lycènes les plus grandes et les plus caractéristiques. Sa biologie est également remarquable : la chenille occupe un nid de fourmis rouges à la fin de son développement, pour y dévorer les larves. Le recto des deux sexes est bleu clair, mais la marge de la femellle est plus étendue. Il y a des points noirs sur chaque aile, plus gros chez le mâle sur les ailes postérieures. Le verso des deux sexes est brun-gris, avec des points foncés cernés de blanc, et une suffusion bleue à la base de l’aile postérieure. Restreint aux terrains secs, d’ordinaire calcaires, où le serpolet, l’origan et les fourmis rouges abondent. Envergure : 4 cm. Période de vol : Juillet.

lire la suite de l'article : Maculinea arion (Linnaeus, 1758)
Malacosoma alpicola (Staudinger, 1870)
Observation de Vogel Gérard - Champagny-en-Vanoise (73) - 04/07/2011 Observation de Le Mao Patrick Friburge - Champagny-en-Vanoise (73) - 09/07/2009 Observation de Le Mao Patrick - La Gurraz Villaroger (73) - 05/07/2009 Observation de Mr Billard Michel - Pralognan la Vanoise (73) - Petit Mt-Blanc Grand Béchu 2350 m - 14/08/2008 Observation de Mr Billard Michel - Beaufortain Roselend Crête des Gittes 2538 m (73) - 10/08/2008 Observation de Mr Le Mao Patrick - Rocher-Roux Saint-Martin-de-Belleville (73) - 21/07/2008 Observation de Chassaing Pascale - Le Perier (38) - (...)

lire la suite de l'article : Malacosoma alpicola (Staudinger, 1870)
Pyrausta aerealis (Hübner, 1793)
Observation de Vogel Gérard - Pralognan la Vanoise (73) - 09/07/2010 Observation de Chassaing Pascale - Le Perier (38) - 03/07/2009 Observation de Le Mao Patrick - Friburge Champagny-en-Vanoise (73) - 28/06/2009 Observation de Montenot Jean-Pierre - Orcieres (05) - 06/2009

lire la suite de l'article : Pyrausta aerealis (Hübner, 1793)
Polymixis xanthomista (Hübner, 1819)
Observation de Chassaing Pascale - Le Perier (38) - 25/09/2009 Observation de Mr Francoz Philippe - Arvillard (73) - 17/10/2006

lire la suite de l'article : Polymixis xanthomista (Hübner, 1819)
Scopula incanata (Linnaeus, 1758)
Observation de Vogel Gérard - Champagny en Vanoise (73) - 07/07/2010 Observation de Chassaing Pascale - Le Perier (38) - 03/07/2009 Observation de Mr Billard Michel - Termignon Bellecombe 2307 m (73) - 06/08/2008

lire la suite de l'article : Scopula incanata (Linnaeus, 1758)
Erebia alberganus (Prunner, 1798)
Observation de Vogel Gérard - Champagny-en-Vanoise (73) - 07/07/2010 Observation de Laprat Michel - Briançon (05) - 13/06/2010 Observation de Chassaing Pascale - Le Perier (38) - 03/07/2009 Observation de Le Mao Patrick - Valsavarenche/Val d’Aoste (Italie) - 01/07/2009 Observation de Mr Le Mao Patrick - Plan des Mains Champagny-en-Vanoise (73) - 12/07/2007 Observation de Mr Le Mao Patrick - Cascade de la Vuzelle/Le Planay (73) - 11/07/2007

lire la suite de l'article : Erebia alberganus (Prunner, 1798)
Erebia meolans (Prunner, 1798)
Moiré des fétuques
La bande orange roussâtre, qui se détache nettement du fond brun foncé au verso de l’aile antérieure, est caractéristique. Deux ocelles accolés pupillés de blanc et un plus petit isolé ressortent sur cette bande. Le verso de l’aile postérieure est brun foncé avec de petits ocelles estompés. Peuple les escarpements et les alpages entre 1 000 et 2 000 m. Envergure : 5 cm. Période de vol : Juin-Juillet. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Erebia meolans (Prunner, 1798)
Odezia atrata (Linnaeus, 1758)
Ramoneur
Le ramoneur semble entièrement noir fuligineux, mais un examen plus attentif révèle la bordure blanche étroite de l’apex de l’aile antérieure. Les vieux sujets peuvent virer au brun terne. Ce papillon à vol diurne est plus actif par temps ensoleillé. On l’observe parfois en nombre dans les prairies humides. Fréquente les prairies humides, en plaine comme en montagne, où poussent ses plantes-hôtes. Période de vol : Juin-Juillet. (Nature en poche - Larousse)

lire la suite de l'article : Odezia atrata (Linnaeus, 1758)
Rhodostrophia vibicaria (Clerck, 1759)
Bande rouge, Flagellée
Répandue à travers l’Europe, elle est présente dans toute la France, excepté la partie la plus à l’Ouest. Une des hôtes des coteaux rocailleux et broussailleux, landes et friches, bocages, haies, lisières de chênaies. Certainement moins abondante qu’autrefois, elle est encore bien présente dans de nombreux biotopes. L’imago a une activité diurne et nocturne. La chenille, très polyphage, se développe sur Cytisus scoparius, Genista tinctoria, Calluna, Onobrychis, Astragalus, Medicago, Coronilla... La chenille hiverne. Période de vol : Juin-Juillet ; (Août-Septembre). Espèce univoltine, avec une seconde génération partielle dans le Sud.(Delachaux et Niestlé, Guide des papillons nocturnes de France, coordonné par Roland Robineau)

lire la suite de l'article : Rhodostrophia vibicaria (Clerck, 1759)
Membre actif du RPAPN : http://www.biodiversite-poitou-charentes.org/